Charles Ferdinand Ramuz
Livre de Poche
octobre 1975
186 p.  5,60 €
ebook avec DRM 4,99 €
 
 
 
Ombres Blanches à Toulouse

Ombres blanches
illustration Brigitte Lannaud Levy

Toulousain de naissance, Christian Thorel est une véritable figure du milieu littéraire. Et pas seulement dans la ville rose. Son engagement politique et social, tout autant que son ardeur à lire et défendre les livres, dépasse largement les frontières de sa région. Il dirige Ombres Blanches depuis 1977, soit seulement deux ans après sa création. Et pour fêter les 40 ans de sa librairie, au printemps prochain, il publiera un recueil « Dans les ombres blanches » (Seuil), où il se livre sur son métier et son rapport intime avec ce lieu qu’il n’a cessé de faire grandir et rayonner. C’est bien simple, sur 2000 m2, ce ne sont pas moins de 500.000 titres disponibles en stock ou à la commande, autour de 700 thèmes différents.  Un espace de débats, un auditorium de 100 places et un café sont autant de lieux pour organiser des échanges qui font que cette librairie est devenue bien plus qu’une librairie.  

Votre livre coup de cœur du moment à qui vous continuez de donner votre coup de pouce
« Plus rien que les vagues et le vent » de Christine Montalbetti (P.O.L). Ce livre réunit tous les ingrédients qui font un bon roman: des personnages, dont elle fait une constellation d’une très grande finesse ; un lieu singulier qui est une petite ville hors saison de la côte ouest des États-Unis au bord d’un océan en colère. Ajouter à cela, les éléments qui s’affrontent et la violence sourde de l’Amérique elle-même qui s’exprime. Un texte fort qui offre une belle proximité narrative avec le cinéma.

Le livre que vous défendez inlassablement  depuis toujours
« La grande peur dans la montagne » (Livre de poche) de Charles Ferdinand Ramuz. Un roman magistral par l’auteur suisse de la nature et du monde paysan. Ce livre autour des craintes et des superstitions représente avant l’heure une alerte écologiste très puissante. Il y a un passage d’ascension vers les sommets tout simplement inoubliable !

Le roman auquel vous auriez donné un prix l’automne dernier.
« Autour du monde » de Laurent Mauvignier (Minuit). Il fait partie de cette poignée d’écrivains qui construisent livre après livre, une œuvre avec une âpreté au travail, une remise en question de tous les instants. C’est un véritable artiste dans l’expression du « Je » et du « Nous ». Aucun personnage ne peut faire l’économie du monde qui l’entoure. C’est l’auteur de l’« être ensemble » qui prend le plus de risques.  Un immense écrivain.

Votre coup de cœur de janvier
« Une fille » de Juliette Kahane (l’Olivier). Un très beau récit sur ses relations avec son père Maurice Girodias, l’éditeur subversif de « Lolita », Miller et Burroughs. Elle y raconte les turpitudes de son père, défenseur des libertés contre la morale, pour sauver sa peau, mais aussi ses attitudes ambigües et sans jeter l’opprobre, la période trouble de 40-45 et les hontes de la collaboration. Un livre très élégant et passionnant sur les rapports que l’on peut ou non avoir avec la soumission.

Un souvenir de librairie
Le 13 mai 1981, trois jours après l’élection de François Mitterrand, Georges Perec vient à la librairie pour une rencontre. Et dehors, une bagarre éclate sous nos yeux entre une fédération anarchiste et une branche régionaliste d’ultra-gauche appartenant au collectif « La vieille taupe », mouvement négationniste et révisionniste. Je n’oublierai jamais le regard bouleversé, mais aussi consterné de Perec. D’autant plus que témoin de l’histoire, il a perdu les siens : son père engagé volontaire meurt au front en 40 et sa mère déportée, est assassinée à Auschwitz en 43. Georges Perec disparaît moins d’un an plus tard d’un cancer, le 3 mars 1982. Il avait 45 ans.

Propos recueillis par Brigitte Lannaud Levy
Visitez les autres librairies invitées

Ombres blanches
50 rue Léon Gambetta
31000 Toulouse
Tel: 05.34.45.53.33
www.ombres-blanches.fr 

 

 
 
partagez
partage par email