b i e n t ^o t 

 .

William BoydLes vies multiples d’Amory Clay
de William Boyd

paraîtra le 8 octobre au Seuil

Après une petite escapade du côté de James Bond (« Solo »), William Boyd revient au roman plus classique. Enfin, classique façon de parler, car il cultive avec brio l’art de mêler Histoire et histoire, réalité et fiction. Son nouveau livre débute au lendemain de la première guerre mondiale. L’héroïne, Amory Clay, reçoit un appareil photo. Un cadeau qui déclenche chez elle une passion immédiate et une vocation qui la conduira de Berlin à New York, en passant par Londres et Paris. Tout cela ressemble en tout cas à du grand Boyd !

Le début :
« Maintenant que j’y pense, une erreur fut commise le jour de ma naissance. Cela n’a plus guère d’importance, mais le 7 mars 1908 (il y a si longtemps, presque soixante-dix ans), ma mère en éprouva une violente colère. Quoi qu’il en soit, je naquis et mon père, à qui ma mère avait donné des ordres stricts, passa une annonce dans le Times. J’étais leur premier enfant et donc le monde (enfin les lecteurs du Times de Londres) en fut dûment informé : « Beverley et Wilfreda Clay ont le plaisir d’annoncer la naissance de leur fils Amory, le 7 mars 1908. »

Pourquoi écrivit-il « leur fils » ? Pour contrarier son épouse, ma mère ? Ou bien était-ce quelque souhait pervers que je ne fusse pas une fille, parce qu’il ne voulait pas d’une fille ? Est-ce pour cette raison que, plus tard, il essaya de me tuer ? Lorsque je suis tombée sur la coupure de journal, jaunie et desséchée, cachée dans un album, mon père était mort depuis des décennies. Trop tard pour lui poser la question. Encore une erreur.

Beverley Vernon Clay, mon père, nul doute mieux connu de vous et de ses rares lecteurs (depuis longtemps disparus, pour la plupart) sous le nom de B.V. Clay. Nouvelliste du début du XXe siècle (auteur d’histoires surnaturelles, en majorité), romancier raté et homme de lettres polyvalent. Né en 1878, mort en 1944. Voici ce que trouve à dire de lui l’Oxford Companion to English Literature (troisième édition) :

Clay, Beverley Vernon

B.V. Clay (1878-1944). Nouvelliste. Principaux recueils : La Tâche ingrate (1901), Berceuse malveillante (1905), Plaisirs coupables (1907), Le Club du vendredi (1910). Auteur de plusieurs contes fantastiques, dont le plus connu, « La Belladone bienfaisante », fut adapté pour la scène par Eric Maude en 1906 et joué pendant plus de trois ans, soit mille représentations dans le West End de Londres (voir Théâtre édouardien).

Ce n’est pas grand chose, n’est-ce-pas ? Peu de mots pour résumer une vie si complexe et difficile, mais tout de même, c’est plus que ce à quoi la plupart d’entre nous auront droit dans les diverses annales de la postérité qui consignent notre bref passage sur cette petite planète. C’est drôle, j’ai toujours été persuadé que rien ne serait jamais écrit sur moi, la fille de B.V. Clay, mais je faisais erreur….

Bref. J’ai des souvenirs de mon père qui remontent à ma toute petite enfance, mais je crois avoir seulement commencé à le connaître à son retour de la guerre, la Grande Guerre, la guerre de 14-18, alors que j’avais dix ans et qu’en un sens j’étais déjà bien engagée dans le processus qui ferait de moi la personne et la personnalité que je suis aujourd’hui. Aussi cette interruption imposée par la guerre fit-elle une différence et, depuis, tout le monde m’a dit que lui aussi était différent à son retour, irrémédiablement changé par cette expérience. Je voudrais l’avoir mieux connu avant ce traumatisme… mais qui ne voudrait remonter le temps pour rencontrer ses parents avant qu’ils deviennent parents, avant que « mère » et « père »les changent en mythes domestiques à jamais figés dans l’ambre de ces appellations et de leurs implications ?

La famille Clay.

Mon père : B.V. Clay

Ma mère : Wilfreda Read-Hill, épouse Clay, née en 1879.

Moi : Amory, l’aînée, une fille, née en 1908.

Ma sœur : Peggy, née en 1914.

Mon frère : Alexander, connu de tous sous le nom de Xan, né en 1916.

La famille Clay. »

Retrouvez notre interview de William Boyd ici

 
 
partagez
partage par email