b i e n t ^o t

 

Les Cinq quartiers de la lune
de Gilbert Sinoué
paraîtra chez Flammarion le 24 février

 

 

 

Au lendemain de l’attentat du World Trade Center, le monde entier retient son souffle. Dans les semaines qui vont suivre, une nouvelle ère s’ouvre sur un Moyen-Orient déjà blessé. L’heure de la mise à mort a sonné et cinq personnages, trois femmes et deux hommes, chrétiens et musulmans, en seront les premières victimes.

En voici le début

 » Israël, Jérusalem, secteur ouest, 21 août 1958

– Vous allez vous faire tuer ! Venez !

A contrecœur, elle capitula.

Il la força à s’accroupir derrière les sacs de sable et la maintint dans cette position en emprisonnant sa nuque.

L’échange de tirs se prolongea jusqu’au moment où un peloton de Casques bleus fit irruption. En un éclair, les soldats se dispersèrent à travers les ruelles, prenant position, ici et là. Il y eut pendant encore quelques minutes des tirs sporadiques, puis ce fut le silence et l’on n’entendit plus que le frémissement léger du vent.

Alors seulement, Avram Bronstein aida la jeune femme à se relever et s’enquit en hébreu :

– Ma Nishma ? Ça va ?

Elle le dévisagea, interrogative.

Il se souvint que tantôt elle avait parlé en arabe et reposa la question dans cette langue.

– Oui. Ça va.

Elle enchaîna, inquiète :

– Yajoudi ? Juif ?

Il confirma.

D’un coup, elle recula comme si Satan en personne s’était incarné.

– Regarde, lui dit-il avec un sourire indulgent, j’ai des mains, des bras, un visage, des jambes et je parle. Je suis aussi un homme.

Elle acquiesça timidement. Elle paraissait incroyablement jeune.

– Quel âge as-tu ?

– Vingt-trois ans.

Il lui en donnait cinq de moins.

Son regard était une caresse et ses traits mats d’une douceur incomparable. Détail assez rare pour une Arabe : elle avait le yeux bleus.

– Comment t’appelles-tu ?

– Joumana Naboulsi.

– Moi, c’est Avram Bronstein.

Elle répéta, comme pour se convaincre :

– Yahoudi ?

Il s’esclaffa.

– Que t’a-t-on enseigné ? Que les juifs ressemblaient à des ogres ?

– Il faut que je rentre chez moi.

– Je t’accompagne.

Une expression de moineau apeuré crispa son visage.

– Non. Il ne faut pas.

– Pourquoi ? Où habites-tu ?

– Dans la vieille ville. Ce n’est pas loin.

– Je t’accompagne.

– Mes parents… si on nous voit.

– Ne t’inquiète pas.

Il chuchota avec un faux air de comploteur :

– Je m’appelle Mohamed et je suis palestinien.

– C’est impossible ! Tu ne ressembles pas à un Palestinien !

– Pas plus que tu ne ressembles à une Arabe. Allez, viens !

Elle consentit à prendre sa main.

Ils remontèrent le long du Khan Alzir, à la lisière du quartier chrétien, parcoururent une centaine de mètres, jusqu’au moment où la jeune femme désigna une ruelle sur la gauche. L’hospice autrichien apparaissait tout au bout.

– Dis-moi, Joumana, que faisais-tu si près de la ligne verte ?

– Ligne verte, ligne rouge, qu’est-ce que j’en sais ? Elle n’est pas visible, non ? Je suis née ici. Mon père et mon grand-père et mon arrière-arrière-grand-père aussi. Jusqu’à l’âge de treize ans, j’avais le droit de me promener partout. A présent, mes cousins et mes oncles et tantes, qui habitent côté ouest, sont considérés par vous, les Israéliens, comme de simples résidents étrangers dont le statut est révocable. Des résidents étrangers ? C’est quoi cette histoire ? Il suffirait qu’ils s’absentent quelque temps pour n’avoir plus le droit de revenir vivre ici. Nous sommes pourtant chez nous, non ?

Avram ne répondit pas. Comme tous les siens, il gardait gravés dans sa mémoire les propos tenus neuf ans plus tôt par le père de la Nation, David Ben Gourion : « Jérusalem est une part organique et inséparable de l’Etat d’Israël, tout comme elle est inséparable de l’histoire juive, de la religion d’Israël et de l’âme de notre peuple. Jérusalem est le cour même de l’Etat d’Israël. »

A quoi les Arabes avaient immédiatement rétorqué : « Jérusalem est la troisième ville sainte de l’islam ! »

Et les chrétiens de protester : « C’est la ville du Messie ! Jésus-Christ, le fils de Dieu ! » « 

 
 
partagez
partage par email