Antoine de Saint-Exupéry
Gallimard
folio
février 1999
97 p.  7,20 €
ebook avec DRM 6,99 €
 
 
 

librairiedelaplage
illustration de Brigitte Lannaud Levy

 

Si d’aventure vous vous retrouvez hors saison dans la petite station balnéaire de Bénodet, dans le Finistère, et que vous êtes partis sans bons livres, pas d’inquiétude,  « La librairie de la plage » est là.  Ouverte toute l’année, sept jours sur sept, elle propose une sélection éclectique de livres populaires, mais aussi un choix de textes exigeants. C’est ainsi que les romans d’Echenoz ou  Franzen côtoient ceux de Musso et Läckberg. Un bonheur de librairie que l’on doit à l’investissement sans faille de Sébastien Tanguy et de son épouse Sylvaine. Tous deux vivent leur métier comme une mission de salut public, une vocation à créer du lien avec les autres. Depuis onze ans qu’ils ont repris cette maison –  qui vend aussi de la presse, des cadeaux et des articles de plage –  ils acceptent la non-rentabilité de certaines longues journées d’hiver en gardant le sourire et en se disant qu’ils se rattraperont bien en période estivale.  « Je suis libraire plagiste », nous explique avec humour et modestie Sébastien Tanguy, « et c’est un métier unique, qui me rend heureux ».

Quel roman français nous conseilleriez-vous de lire en ce moment ?
Il a été couronné, et c’est plus que mérité,  par de nombreux prix . Je vous recommande sans hésiter « Le grand marin » de Catherine Poulain (L’Olivier). Plus qu’une lecture, c’est une expérience sensorielle exceptionnelle.  L’immersion totale dans la vie de pêcheurs d’Alaska. Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti cela, depuis Jack Kerouac je crois.

Et du côté des auteurs étrangers ?
« Tout ce qui est solide se dissout dans l’air » de Darragh McKeon (Belfond). C’est le premier roman d’un auteur irlandais qui s’est documenté sur la catastrophe de Tchernobyl. C’est un roman de survie qu’il a mis dix ans à écrire. Il est plein d’une humanité qui éclaire le chaos  et apporte des étincelles de vie au cœur de la catastrophe.

Quel est le dernier premier roman qui vous a particulièrement plu ?
« Le grand marin », de Catherine Poulain. J’y reviens.  On peut le conseiller deux fois plutôt qu’une. Ce livre est pour moi un vrai choc littéraire.

Quel est le livre-culte de votre librairie que vous défendez avec ferveur ?
Je pourrais vous citer le roman d’initiation « L’attrape-cœurs » de J.D Salinger (Robert Laffont), mais celui qui s’impose forcément et que les touristes étrangers nous réclament  tout le temps, c’est  « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint Exupéry (Folio). Une œuvre pour toutes les générations. Je l’ai lu avec mon fils de dix ans et un soir où je n’étais pas rentré avant qu’il s’endorme, le lendemain matin, me citant le renard du Petit Prince il me dit : « Et pourtant papa je m’étais habillé le cœur pour toi ». Seul un livre aussi beau et profond peut produire cela chez un enfant.

Et en  bons romans  de printemps, que nous conseillez-vous ?
Deux livres, autour du destin de femmes africaines. Deux très belles histoires, touchantes, mais aussi passionnantes :

« Americanah » de la Nigérienne Chimamanda Ngozi Adichie (Folio) et « Une chanson pour Ada » de Barbara Mutch ( Presses de la cité), un roman féminin sur fond d’apartheid.

Une brève de librairie :
Lors d’une dédicace, une auteure a retrouvé une amie qu’elle n’avait pas vue depuis cinquante ans. Elles ont rattrapé le temps perdu. C’est ça aussi une librairie, un lieu qui crée du lien et de très belles rencontres. On y tient.

Propos recueillis par Brigitte Lannaud Levy
Visitez d’autres librairies invitées

Librairie de la plage
Avenue de la plage
29950 Bénodet
02 98 57 17 98

 

 

 
 
partagez
partage par email