Anthony Horowitz
Livre de Poche Jeunesse
septembre 2009
223 p.  4,95 €
 
 
 

Librairie l'Emile Paris
ilustration Brigitte Lannaud Levy

L’école est bientôt finie, une bonne raison d’aller à l’Émile, pour faire le plein de bonnes lectures pour l’été. « Librairie des écoles et de la jeunesse » peut-on lire en gros sur le fronton de la devanture de cette ravissante librairie à deux pas de la prestigieuse école parisienne : Active Bilingue. Créée dans les années 80 par Guillaume et Naza Chiffert, l’Émile est une véritable institution pour les écoliers du quartier qui y trouvent tous les livres pour étudier (en français et en anglais), mais aussi et surtout pour s’évader et se détendre. Lauriane Le Dus, aidée de deux autres libraires, gère de sa belle énergie cette enseigne qui tire son nom de l’ « Émile ou De l’éducation » de Jean-Jacques Rousseau. C’est elle qui nous reçoit pour nous faire part de ses coups de cœur.

Quel roman français nous conseillez-vous de faire lire à nos ados?
« Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous »  de Nathalie Stragier » (Syros). C’est le premier tome d’une trilogie pour les 12-13  ans. L’histoire d’une jeune fille de 2019 qui en rencontre une autre qui vient de 2187 et qui va l’héberger. Cela va être source d’évènements plus cocasses les uns que les autres.  Pénélope  qui vient du futur sait qu’un événement majeur  va bousculer l’humanité… Un roman drôle mais qui aborde aussi des thèmes plus philosophiques, dont celui de la place des femmes dans nos sociétés. C’est très bien écrit et les personnages sont tous attachants.

Et du côté des romans jeunesse étrangers ?
« Lockwood&Co » de Jonathan Stroud (Albin Michel jeunesse).  C’est une épatante trilogie sur des chasseurs de fantômes. Lucy, une jeune extra lucide, intègre à Londres une modeste agence de chasseurs de spectres : Anthony Lockwood. Elle se retrouve en mission périlleuse à traquer le fantôme du sanguinaire duc rouge. L’auteur a un humour british absolument savoureux et son roman truffé de mystères est parfois à glacer le sang.  C’est souvent effrayant, mais très réussi.

Un premier roman jeunesse ?
« De cape et de mots » de Flore Vesco (Didier jeunesse). Dans un monde médiéval, on suit Serine qui part à la cour comme dame de compagnie d’une reine capricieuse et antipathique. Confrontée aux manigances et bassesses d’un univers impitoyable, Serine va se jouer de ses ennemis en se travestissant en bouffon et devenir  ainsi favori du roi. L’Esprit de ce roman m’a fait penser au film « Ridicule » de Patrice Leconte avec des trésors d’inventions sur les mots .

Quel est le livre le plus emblématique  de la librairie
« Alex Rider » d’Anthony Horowitz (Livre de poche jeunesse). Voilà une série en dix tomes qui traverse les générations. L’histoire d’un orphelin de 14 ans engagé par le MI6  et qui enquête, par ce biais, sur la disparition mystérieuse de son oncle lui-même agent des services secrets britanniques.  Nos lecteurs les ont tous lus et tous conseillés à leur entourage. Un  véritable phénomène.

Que nous recommandez-vous comme  bande dessinée ?
« Qu’ils y restent » de Pascal Mériaux, Régis Lejonc et Riff Reb’s  (Éditions de la Gouttière) . Un loup, un ogre, un sorcier et un vampire. L’histoire de quatre peurs, quatre cauchemars qui se retrouvent. Un conte cruel hors du temps porté par un graphisme magnifique, proche de l’illustrateur russe Ivan Bilibine. Une BD que l’on peut découvrir à partir de 10 ans.

Une brève de librairie
Un souvenir qui m’a beaucoup touchée, celui d’une ado qui rentre à la librairie et m’explique qu’elle n’aime pas lire.  Je lui conseille alors d’essayer « Le noir est ma couleur » d’Olivier Gay (Rageot). Elle est revenue trois jours après m’acheter tous les livres de la série, elle avait des étoiles plein les yeux.

Propos recueuillis par Brigitte Lannaud Levy
Visitez d’autres librairies invitées

L’Émile
136 avenue Émile Zola
75015 Paris
01 40 59 86 40

 
 
partagez
partage par email