Jeanne Benameur
Gallimard
folio
juin 2002
80 p.  4,20 €
 
 
 

L’esperluète

illustration Brigitte Lannaud Levy

L’esperluète  que l’on peut écrire aussi avec deux «t » est un signe typographique  de la ligature du e et du t, représentant le mot « et », comme le logogramme &.  Quand il y a dix ans Olivier L’Hostis a repris la librairie Legué, institution chartroise depuis 1947, avec sa compagne Frédérique Garcia (ex-« Folies d’encre » à Montreuil), ils rebaptisent les lieux de ce joli nom du sigle qui communément termine l’alphabet et qu’on appelle la 27e lettre. Ils en ont fait un élégant logo dans une police majuscule et cursive que l’on remarque sur les vitrines de cette vieille maison du XVIeme siècle dont on dit qu’elle a vu passer Henri IV, le jour de son sacre. La façade intérieure d’époque, aussi belle que celle de l’extérieur, est l’une des attractions touristiques de Chartes, mentionnée dans tous les guides de voyages sur la ville. Jusqu’alors, Olivier L’Hostis connaissait le métier de libraire à une distance très relative pour avoir créé et dirigé le Syndicat de la Librairie française pendant dix ans. Après une formation de libraire auprès de l’équipe de la Galerne au Havre il a traversé le miroir pour prendre les rênes de ce bel espace de 500 mètres carrés et diriger l’équipe de 14 personnes qui l’anime. « Le plus important c’est de ne pas être qu’un vendeur de livres, mais provoquer des rencontres.  Si l’on veut qu’un libraire donne le plus possible, il faut lui en demander le moins possible. Le laisser libre de ses choix, de ses avis, de ses envies, de ses impulsions. Le bon conseil s’exerce toujours dans la rencontre à un moment précis avec l’idée de transmettre du plaisir ».  Rencontre avec un libraire heureux qui exerce son métier dans un rapport amoureux avec les livres, les lecteurs, les auteurs, la littérature.

Quel roman nous recommandez-vous de lire ?
« La folie des autres » de Jordi Bonells  (Robert Laffont). Un livre formidable, une histoire qui se passe à Vincennes dans les années 50-70 alors que cette université devenait le lieu de toutes les expérimentations dans une sorte de joyeux bordel. L’auteur force le trait dans ce récit d’apprentissage sur le parcours d’un jeune psychiatre latino-américain. On y croise Deleuze, Lacan, Guattari…Il y a des références fortes à Don Quichotte de Cervantes. C’est un roman épique aussi sombre qu’amusant,  mais surtout flamboyant.

Du côté des auteurs étrangers, que nous recommandez-vous ? Eric Plamandon est québécois, il écrit en français. J’ai beaucoup aimé son dernier roman Taqawan (Quidam), un thriller à l’américaine dont le personnage principal est la nature. Dans un contexte de répression policière du peuple Mi’g maq, une jeune femme indienne fuit dans la forêt poursuivie par les forces de l’ordre. Alors qu’un garde-chasse va changer de camp en sa faveur, les flics pourris vont vouloir se venger. Une course-poursuite s’engage au sein d’une nature sauvage. C’est un texte court, nerveux, très bien troussé.

Y a-t-il un premier roman qui vous a marqué ?
« Une vie minuscule » de Philippe Krhajac (Flammarion). L’histoire d’un enfant abandonné qui passe de foyers en familles d’accueil et n’a qu’une idée en tête: retrouver sa mère. Ce gamin fait penser à Hector Malot. L’auteur parvient à nous mettre dans la peau de ce gosse de ses quatre ans jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge adulte. On ressent avec intensité  autant ses joies que ses peines. Une prouesse littéraire.

Quel est le livre le plus emblématique de la librairie que vous défendez avec ferveur ?
« Les demeurées » de Jeanne Benameur (Folio). L’histoire fusionnelle entre une mère considérée comme l’idiote du village et sa fille qui est attardée mentale. C’est une œuvre d’une grande intensité émotionnelle. Ce roman est depuis dix ans sur la table de nos coups de cœur.

Quel livre vous êtes-vous promis de lire ?
J’ai lu ce qui s’impose ici à Chartres, « La cathédrale » de Joris-Karl Huysmans. Mais je n’ai toujours pas lu « À rebours ».

Une brève de librairie.
Je ne vous cache pas mon étonnement quand j’ai vu rentrer à la librairie comme n’importe quel passant, notre ancien président François Hollande, alors qu’on ne l’attendait absolument pas.  Il était accompagné de Julie Gayet. C’était une scène assez stupéfiante de naturel, mais un peu irréelle tout de même.

Propos recueillis par Brigitte Lannaud Levy
Visiter d’autres librairies


Librairie l’Esperluète
10 rue Noël Ballay
28000 Chartres
02 37 21 17 17

 
 
partagez
partage par email