critique de "Je suis fou de toi", dernier livre de Dominique Bona - onlalu
   
 
 
 
 

Je suis fou de toi
Dominique Bona

Le Livre de Poche
septembre 2014
352 p.  7,30 €
ebook avec DRM 7,49 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Le dernier amour de Paul Valéry

Dans « Je suis fou de toi », Dominique Bona s’attaque à une sommité des lettres, Paul Valéry, au travers du couple éphémère qu’il forma avec Jeanne Loviton-Voilier.

C’est un homme au faîte des honneurs qui rencontre, le 6 février 1938, Jeanne Loviton. Académicien, titulaire au Collège de France de la chaire de poétique, Valéry est à 66 ans une personnalité consacrée. Toutefois, il ignore que celle à qui il rend visite ce jour-là sera le tourment de ses dernières années.
Des liaisons, l’auteur du « Cimetière Marin » en a vécu plusieurs comme celle chaotique qui le lia pendant sept ans à K, alias Catherine Pozzi ,dont l’exigence intellectuelle n’avait d’égale que son physique ingrat. Pourtant, il s’est toujours gardé de céder à la passion, privilégiant contre vents et marées l’équilibre de sa vie familiale.
Jeanne, « celle qui arrive trop tard », va bouleverser cette délicate équation et Valéry va brûler pour cette femme indépendante, active et hédoniste de trente ans sa cadette. Jeanne est un électron libre, animée d’un seul dessein : être aimée. Elle mène d’ailleurs, dans la plus grande discrétion et la meilleure maîtrise, des histoires parallèles avec Jean Giraudoux, Denoël et Yvonne Dornès. Inspiré par celle qu’il nomme sa « Calypso », « Héra » ou « Lust », Valéry va produire, de 1938 à 1945, des chants sensuels parmi les plus beaux de son œuvre, mais le désamour de sa muse le mettra au supplice et causera indirectement sa mort.

Dominique Bona dresse avec une exquise délicatesse le portrait sensible et touchant d’un homme aux prises avec la passion. Les affres et les tourments qu’il traverse sont disséqués avec la perspicacité d’une vraie psychologue.
Connaissant sur le bout des doigts la période allant de la fin du XIX siècle à la victoire de 1945, l’auteur en présente une peinture très vive, détaillant les liens qui unissaient artistes et écrivains de l’époque. Les Rouart, Manet, Berthe Morisot, Gide et beaucoup d’autres traversent le récit. En contrepartie, la personnalité de Jeanne Loviton-Voilier semble moins solaire. Intéressante, avant-gardiste, elle l’est assurément mais elle apparaît sous les traits d’une séductrice narcissique, ivre d’elle-même. En refermant cet ouvrage très réussi, on ne peut que regretter que cet homme de talent se soit laissé prendre dans la toile d’une inspiratrice si cruelle.

Lire notre interview « Quelle lectrice êtes-vous Dominique Bona ? »

partagez cette critique
partage par email