critique de "Maxi-Souris", dernier livre de Estelle Billon Spagnol - onlalu
   
 
 
 
 

Maxi-Souris
Estelle Billon Spagnol

Editions Frimousse
maxi boum
septembre 2015
28 p.  13,50 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Maxi-souris n’a peur de rien !

C’est l’histoire d’une souris qui mange les chats. Oui, vous avez bien lu : Maxi-Souris n’a peur de rien, et est dotée surtout d’un appétit d’ogre. Démesurément grande, elle dévore tous les chats, sans aucune exception. Bref, Maxi-Souris terrorise et s’en délecte tout autant.

Mais sa vie bascule lorsqu’un jour, un petit chat qui n’a décidément pas froid aux yeux, lui lance un –maxi- défi : manger « Tigre ». Ni une ni deux, l’héroïne accepte la provocation : elle se met à rechercher celui qu’on surnomme « Tigre », un félin apparemment effrayant et redouté de tous. Et chaque animal qu’elle croise a beau la prévenir d’un : « Tigre n’est vraiment pas commode », elle ignore totalement le danger. Peut-être devrait-elle sérieusement se méfier…

Si l’album, au premier abord, est très amusant –puisqu’on rit de bon cœur aux péripéties de cette gigantesque souris-, il possède incontestablement, au delà de son aspect ludique, une vocation pédagogique. Et c’est grâce à des illustrations originales qui laissent une grande place au dialogue, qu’Estelle Billon Spagnol fait réfléchir le tout jeune lecteur : sur les terribles angoisses que chacun, à un moment de sa vie, doit affronter, mais aussi sur les notions de fierté, de vanité et d’orgueil. Qui n’a jamais entendu dans les cours de récréation : « T’es cap ou t’es pas cap ? »… Ces défis que l’on accepte, piqués au vif, sont mis en lumière et exhibés, afin d’introduire le thème de l’échec, et le fait de se remettre en question. L’auteure-illustratrice signe ici un conte singulier, qui aide à prendre du recul sur le comportement de ceux qui se croient toujours les plus forts. La chute, désopilante, ravira les enfants, et les feront s’attacher inévitablement, à cette drôle d’héroïne.

partagez cette critique
partage par email