Un loup pour l'homme
Brigitte Giraud

Flammarion
août 2017
245 p.  19 €
ebook avec DRM 13,99 €
 
 
 
 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

La guerre d’Algérie a bien eu lieu

Depuis quelques mois, les romans sur la guerre d’Algérie occupent les tables des libraires. A ceux d’Alice Zeniter et de Marie Richeux (parmi les meilleurs), on ajoutera celui de Brigitte Giraud, qui raconte avec sensibilité, finesse et justesse, ce conflit qui n’en avait pas le nom.

Antoine et Lila sont mariés depuis peu ; Lila est enceinte quand, au printemps 1960, Antoine est appelé dans une opération visant à « protéger les populations et à maintenir l’ordre » en Algérie. L’ordre de mission est flou et inexact, comme le langage utilisé par les autorités pour qualifier la guerre d’indépendance qui a commencé en 1954, et dont le jeune Antoine ignore tout. Refusant de combattre, il est affecté à l’hôpital militaire de Sidi-Bel-Abbès, à 80 kilomètres d’Oran. Là, au contact des corps des jeunes soldats blessés, il se découvre une vocation de soin, surtout auprès d’Oscar, un combattant mutique amputé de la jambe. L’hôpital, qui n’est pas le terrain du conflit, en est la chambre d’écho, celle de la peur des attentats, des tortures et des représailles.

Ce très beau roman met en mots ce qui en manquait, d’autant que le verbe ne veut pas dire la même chose selon d’où l’on parle : qui est l’ennemi ? A qui appartient la terre ? On ressent ici l’incompréhension, les questions sans réponses et les doutes sur la légitimité du conflit et de la présence française en Algérie. Brigitte Giraud, avec une grande maîtrise de la narration, fait parler les corps et les consciences, observe ses personnages en situation, et dit la solitude des jeunes gens qui ne parviennent pas à partager ce qu’ils ressentent. L’écriture très subtile et très sensible ne fait pas beaucoup de bruit, elle laisse même entendre les silences et les failles des personnages magnifiquement incarnés, changés à tout jamais par une guerre à laquelle ils ignorent qu’ils participent.

partagez cette critique
partage par email