Bruno Gaudichon
Illustrations d'Emmanuel Pierre
Actes sud
beaux livres
septembre 2015
 35 €
 
 
 
Philippe Dumas
Actes Sud Editions

40 p.  9,50 €
 
 
 

o n l a v u

« Dans l’œil du flâneur »
sur les berges de la Seine
jusqu’au 5 octobre

Flâner, musarder, regarder, écouter, rêver, découvrir, s’émerveiller, sourire, surprendre et être surpris… À Paris, sur les berges de la Seine entre le musée d’Orsay et l’Assemblée nationale, et jusqu’au 5 octobre, ne manquez pas l’entrée libre à l’exposition Hermès. Son directeur artistique, Pierre Alexis Dumas, a confié au conservateur en chef du patrimoine Bruno Gaudichon et au scénographe Hubert Le Gall le soin de cette flânerie, thème annuel d’inspiration de l’industrieuse maison. Plongés dans l’atmosphère du cabinet de curiosités d’Emile Hermès (1871-1951), ces deux-là font la paire et, flanqués d’une poignée de jeunes illustrateurs ou artistes numériques tous aussi virtuoses et fantaisistes les uns que les autres[1], nous plongent à leur tour dans une promenade féérique dans le Paris des grands boulevards, des impressionnistes aux années folles, de Proust à Barthes, des surréalistes au street art, de Piaf à Pilooski, de Varda à Christophe Honoré. Car plutôt que de parler d’elle, la maison française préfère – grâce à la poésie de ces artistes et au raffinement de ses créations – nous donner à voir et ressentir un peu de sa nature profonde. De sa part d’enfance aussi.

L’invitation à cette flânerie parisienne nous est suggérée par des personnages de fiction, éternels flâneurs dans la ville : peintre, écrivaine, cavalier, voyageur, dandy-joueur et magicienne.

En guise de sandales ailées, un vestiaire surréaliste les dote de leurs attributs de voyage : une canne magique et un baluchon sophistiqué. Ainsi équipés, ils flânent dans Paris jusqu’à la tombée de la nuit et rentrent chez eux la besace pleine de sensations et d’images, de matières et de couleurs. Vous aussi ! Née de la révolution industrielle et d’un métier d’harnacheur et de sellier indispensable au développement économique et social de la fin du 19ème siècle, la maison Hermès transpose son savoir-faire à l’issue de la Première Guerre mondiale à l’univers du voyage et de l’élégance parisienne. Tout en conservant l’atelier de sellerie (toujours rue du Faubourg Saint Honoré), Emile Hermès crée peu à peu ce monde d’Hermès, dont les objets restent portés par des motifs issus de l’univers équestre : point sellier, clou de selle, étrier etc., revisités dans les plus belles matières – cuir, soie, argent, porcelaine principalement.

En guise de catalogue, Actes Sud et Hermès publient Dans l’œil du flâneur, un « leporello » (livre accordéon à l’italienne) avec les fabuleux collages d’Emmanuel Pierre et le texte de Bruno Gaudichon qui court le long des onze salles de l’exposition. Vous n’en finirez pas d’y flâner tant la richesse de l’illustration et la sensibilité des mots ouvrent mille portes dérobées nous faisant entrer de plain pied dans l’imaginaire. Comme le fait un tableau de Magritte finalement.

Le carnet de croquis de Philippe Dumas illustre pour sa part « le thème de la flânerie dans le musée Hermès » ainsi que le précise le célèbre auteur-illustrateur jeunesse de l’École des Loisirs. Mine de rien, ce petit livre nous fait pénétrer dans le bureau d’Émile Hermès, esquissant avec retenue un portrait du génial ancêtre.

Car « Flâner, c’est glaner un peu. Autant d’images, autant de signes qui sont le gain précieux du temps perdu », écrit Bruno Gaudichon… En guise de conclusion.

Plus d’informations sur le site les ailes d’hermès http://lesailes.hermes.com/be/fr/dansloeilduflaneur

[1] Magali Desbazeille et Siegfried Canto, Ugo Gattoni, Petter Kenne et Piet.So, Romain Laurent, Emmanuel Pierre, Nicolas Tourte, 2SHY.

 
 
partagez
partage par email