Fedor M Dostoievski
Le Livre de Poche
classiques
juin 2018
700 p.  8,10 €
 
 
 

Librairie les 2 GeorgeS

illustration Brigitte Lannaud Levy

Parce que c’était lui, George Orwell : auteur visionnaire, lanceur d’alerte. Parce que c’était elle George Sand : romancière impertinente, qui a tout osé. Voilà comment le nom « Les deux GeorgeS »,  en hommage à leurs écrivains préférés, s’est imposé à ces deux amies libraires, Audrey Neveu et Clara Da Silva lorsqu’elles ont créé ensemble leur enseigne en janvier dernier à Bondy. Et puis un nom pareil « ça crée une atmosphère singulière » ce qui correspond bien à ces deux jeunes trentenaires au tempérament de feu et au look décalé : robes vintage et talons hauts. Il en fallait du caractère et de l’opiniâtreté pour mettre fin à sept ans de malédiction pour Bondy, ville cosmopolite de Seine-Saint-Denis  qui n’offrait aucune librairie à ses 54000 habitants. Et pourtant la preuve en est, « on lit à Bondy ».  Quand les travaux ont pris du retard en fin d’année, rien n’a arrêté les deux jeunes femmes, elles ont assuré leur date d’ouverture à Noël dernier sous une tente. Pas question pour elles de décevoir les Bondynois . Leur histoire à toutes deux s’est nouée autour de leur passion pour la littérature, une expérience partagée de dix ans comme libraires dans une grande enseigne, un inaltérable sens de l’humour et une solide amitié. Ce lieu, elles l’ont voulu à leur image, décalé, coloré, avec coin fauteuil-canapé où les enfants ont le droit d’enlever leurs chaussures. Un endroit unique, chargé d’âme où l’on a envie de revenir, pas seulement pour les livres, mais aussi pour se laisser surprendre et tenter par une sélection d’objets insolites comme ce puzzle de mille pièces de Jackson Pollock ou un cahier de coloriage de grimaces. C’est Clara Da Silva l’une des deux Georges, comme on les surnomme désormais, qui nous reçoit pour nous faire part de ses coups de cœur.

Quel roman nous recommandez-vous ?
«  La femme brouillon » d’Amandine Dhée (Éditions La contre allée).

Comment atomiser la notion de mère parfaite. Ce texte centré autour de l’annonce de sa  grossesse et des doutes qui l’assaillent sur sa capacité à concilier féminisme et béatitude maternelle. Une écriture de caractère et un sujet iconoclaste abordé avec un humour décapant.

Et du côté des auteurs étrangers ?
«  Homo sapienne » de Niviaq Korneliussen (Éditions La peuplade), jeune romancière inuite. Elle y décrit la vie d’une petite communauté underground de la ville de Nuuk, capitale du Groenland où cinq jeunes sont en quête du désir d’être eux même, et d’avoir la liberté du choix de leur identité sexuelle.

Y a-t-il un premier roman qui vous a particulièrement marqué ?
« Fief » de David Lopez (Le Seuil) sur une majorité invisible et silencieuse, celle de ces jeunes des villes moyennes entre villes et campagnes qui sont désœuvrés tout autant que délaissés. Ni bourgeois, ni racailles ils tuent le temps qui ne passe pas et c’est avec une langue forte, riche et juste que ce jeune auteur les révèle à nous.

Quel est le livre le plus emblématique de la librairie que vous défendez avec ferveur ?
Il y en a plein, mais le roman absolu c’est « Crime et châtiment » Dostoïevski (Livre de poche ) , il a tant de degrés possibles de lecture.  Ici nous classons  la littérature par siècles et mettons en avant les incontournables qu’il faut avoir lus absolument.

Quel livre vous êtes-vous promis de lire ?
« L’arc en ciel de la gravité» de Thomas Pynchon. C’est si pointu, je le prends, le reprends et au bout de 60 pages je me dis que je ne comprends rien à ce que je lis. Je manque peut-être de maturité, d’autres qui ont été jusqu’au bout ont été tellement émerveillés que je voudrais persévérer.

Une brève de librairie :
À l’ouverture sous notre tente provisoire, tout le monde imaginait le pire : qu’elle s’envole, que les livres soient trempés, qu’on nous vandalise, qu’on se fasse taguer ou que la toile soit déchirée. Eh bien non, rien de tout cela, bien au contraire on a eu les jeunes qui sont venus nous soutenir et nous encourager d’un « c’est bien ce que vous faites là». Un autre joli souvenir, quand par exemple on a reçu notre canapé, au bout d’une heure seulement on avait une maman qui allaitait son bébé. C’était bon signe.

Propos recueillis par Brigitte Lannaud Levy
Visiter d’autres librairies   

Librairie les 2 GeorgeS
5 rue des frères Darty
93140 Bondy
01 41 55 89 13

 
 
partagez
partage par email