Alexis Legayet
bourin
roman
mai 2019
191 p.  18 €
ebook avec DRM 13,99 €
 
 
 
Marianne Payot (L'Express) a choisi "Dieu ou le divin poulet" d'Alexis Legayet

l a   c  r  i  t  i  q  u  e   i  n  v  i  t  é e

 

Il s’agit là du quatrième roman depuis 2014 (« Sidonie tournesol ») d’Alexis Legayet, critique d’art et professeur de philo au lycée, mais je dois reconnaître que je le découvre avec ce « Dieu-Denis ou le divin poulet ». Un roman comédie qui se déguste de bout en bout. Le précepte de départ est simple : Dieu revient sur terre. Sous l’influence des anges, effrayés par la souffrance des animaux (« Il vous faut éprouver la condition du plus petit d’entre eux…, implorent-ils. Et que l’humanité, par votre exemple, comprenne… »), Dieu accepte de se personnifier en poulet.

C’est en France, évidemment, la patrie du gallinacée, que naît le coq Denis – le fils de Dieu en grec. Mais sa tâche est ardue. Tout d’abord, comment faire comprendre que l’on est Dieu, alors qu’on ne parle pas et qu’on est confiné dans un poulailler du marais poitevin ? Le salut viendra de Jorgan, un ado boutonneux, qui lors d’une classe verte, est intrigué par ce coquelet qui le regarde fixement et qui, capable de répondre à ses questions par écrit, pianote sur son portable. On le serait à moins…
Jorgan l’aide à s’enfuir, il sera son premier apôtre. Suivront bientôt Pierre, Rachid et Kevin, qui, bluffés par une vidéo concoctée par Dieu-Denis, sont saisis par la parole divine. Le tout à Pouilly-le-Sec ! Il lui faut maintenant convertir tous les amateurs de viande… Pas facile quand, croyant à une farce, les défenseurs des animaux s’entêtent à vouloir exfiltrer le poulet des griffes de ses apôtres… Tirant le fil de cette fable d’anticipation iconoclaste sans jamais faillir, Alexis Legayet livre ici une réflexion diablement cocasse et subtilement provocante sur notre rapport aux animaux, aux tenants du véganisme et sur les plus extrémistes d’entre eux.

M.P.

Lire les choix d’autres critiques invités

 
 
partagez
partage par email