Sans défense
Harlan COBEN

traduit de l'anglais par Roxane Azimi
Belfond
belfond noir
mars 2018
408 p.  21,90 €
ebook avec DRM 14,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Mais où êtes-vous ?

Depuis son premier roman, «Ne le dis à personne», la disparition est l’obsession d’Harlan Coben, mais aussi son moteur romanesque. Dans une grande partie de ses livres, quelqu’un s’évapore du jour au lendemain, donne peu ou pas de signes de vie durant les années qui s’écoulent, et parfois réapparaît, parfois pas. Harlan Coben mène également de front deux séries de polars: ceux qui sont indépendants les uns des autres, et ceux qui mettent en scène Myron Bolitar, ancien basketteur de haut niveau qu’une blessure a transformé en agent sportif, puis en détective à ses heures perdues. Aujourd’hui, Myron a mis de l’ordre dans sa vie, il est sur le point d’épouser Terese, lorsque son meilleur ami, Win l’appelle au secours depuis Londres. Win serait sur la piste de deux enfants disparus il y a dix ans, dont l’un était son neveu. Ils avaient tous les deux été enlevés un jour en rentrant de l’école, alors qu’ils étaient âgés de six ans. Une rançon avait été réclamée mais jamais réceptionnée. Depuis, les parents n’avaient plus jamais eu de nouvelles. Et voilà qu’aujourd’hui ils réapparaissent de l’autre côté de l’Atlantique, où ils seraient devenus des esclaves sexuels. Un des enfants a pu être sauvé, l’autre reste porté disparu, mais toute cette histoire résonne bizarrement aux oreilles de Win et Myron. Il y a plein d’invraisemblances, et ce n’est pas l’adolescent rescapé et muré dans son silence qui peut les aider. Avec cette nouvelle énigme, Harlan Coben signe un excellent suspense pimenté d’une pointe d’humour et d’un petit côté James Bond pas déplaisant: et hop, un talon de stiletto se transforme en poignard; et hop, avec un coupe-chou vous expédiez trois types en enfer… Et qu’importe si ce n’est pas comme ça dans la vie de tous les jours!

partagez cette critique
partage par email