Manon MOREAU
Pocket
best
février 2014
480 p.  7,80 €
 
 
 

lelivredanslatheiere
illustration de Brigitte Lannaud Levy

S’il y a le désert médical dans nos campagnes, il existe aussi le désert littéraire. Dans cette commune rurale de 3000 habitants, quand on cherchait un livre il fallait aller jusqu’à Nantes. Mais ça, c’était avant. En 2013 Christel Rafstedt a eu l’audace de créer, à deux pas de la mairie, une librairie généraliste dont le nom est un hommage à Lewis Carroll : « Le livre dans la théière ». Pour cette dynamique libraire, le livre, c’est plus que de la lecture, c’est une médiation, un lien social qu’elle aime entretenir. Inlassablement, elle s’attache à casser les clichés sur les supposés goûts des gens qui habitent à la campagne, en proposant une large diversité éditoriale faite des nouveautés dont on parle, mais aussi des textes littéraires de maisons d’édition plus confidentielles.   Pour elle, un livre ce n’est pas seulement un achat, mais un cadeau qu’on se fait à soi-même ou aux autres. Vous l’avez compris, voilà une libraire au grand cœur qui nous confie ses précieux conseils de lecture.

Quel est le roman français qui vous a particulièrement plu ces derniers temps ?
« La renverse » d’ Olivier Adam (Flammarion). Comment vit-on un fait divers aussi sordide que scandaleux quand on apprend que sa mère est impliquée et voire pire, accusée ? C’est en  s’inspirant d’une affaire de viol et de perversion commise par un maire et son assistante qu’Olivier Adam nous livre le point de vue de l’innocent, celui qui devient l’enfant de salaud. C’est un excellent Olivier Adam, dans la veine sociétale de son roman « Les lisières ».

Et du côté des romans étrangers, qu’est-ce qui vous a marquée ?
« L’amie prodigieuse » (Folio) et « Le nouveau nom » (Gallimard) d’Elena Ferrante.  Ces deux romans de cet auteur italien mystérieux, qui a fait vœu d’anonymat,  sont de pures merveilles. À travers cette histoire d’amitié qui court sur trente ans entre deux jeunes femmes napolitaines, c’est toute l’histoire de l’Italie après guerre que l’on parcourt. Deux textes magnifiquement écrits et très bien traduits. Maintenant, j’attends le troisième tome fébrilement.

Y- A-t-il un premier roman qui a retenu fortement  votre attention ?
« Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant » de Bernard Prou (Brouette Editions). Un roman d’aventures entre la Russie révolutionnaire et la France  mené avec une efficacité digne des plus grands feuilletonistes du 19e siècle.  On y rencontre un héros extraordinaire, si attachant que les lecteurs ne peuvent s’empêcher de vérifier s’il a réellement existé. Une prouesse.

Quel est le livre que vous défendez avec ferveur, qui est le plus emblématique de votre librairie ?
C’est un premier roman « Le vestibule des causes perdues » de Manon Moreau (Delphine Montalan). Alors que je ne suis pas marcheuse du tout, ce livre raconte l’histoire de cinq personnages partis faire le chemin de Compostelle. Ce sont des héros ordinaires, des personnages du quotidien auxquels on s’attache tant qu’on arrive plus à les lâcher. On a envie de l’offrir tant ce livre fait du bien. Il plaît à ceux qui lisent beaucoup et donne envie de lire à ceux qui ne lisent pas ou très peu.

Quel roman nous conseillez-vous pour les beaux jours ?
« Mariage de saison » de Jean Philippe Blondel (Buchet/Chastel). Cet auteur a du génie pour nous faire ressentir les ambiances. C’est l’histoire d’un jeune garçon qui est vidéaste de mariage de façon saisonnière. Il a fini ses études, n’a pas de petite amie, et se retrouve sans réel projet de vie. En filmant ces couples du matin au soir, il s’interroge sur son avenir alors que va se tisser, en filigrane, une très jolie histoire d’amour.

Brève de librairie :
Je n’en ai pas en particulier, mais j’ai cet immense plaisir tous les soirs à la sortie des écoles, de voir ces jeunes venir me demander : « T’as quoi de nouveau ? ». Ça m’enchante.

Propos recueillis par Brigitte Lannaud Levy
Visitez les autres librairies invitées

Le livre dans la théière
6 Place de la Mairie
85620 Rocheservière
02 51 06 48 35

 

 
 
partagez
partage par email