Le silence de la mer (Vannes) - onlalu
   
 
 
 
 
 
Nicolas Bouvier
Dessins de Thierry Vernet
LA DECOUVERTE
poches litterature
mars 2014
375 p.  11 €
ebook avec DRM 9,99 €
 
 
 


illustration Brigitte Lannaud Levy

C’est à la naissance de leur fille que ces anciens libraires parisiens Katia et Jean Philippe Pérou – qui avaient créé ensemble « L’usage du monde » dans le 17e arrondissement à Paris- ont mis les voiles vers la Bretagne pour y créer leur nouvelle librairie dans le cœur historique de Vannes, juste en face de la cathédrale. Ils lui ont donné le beau nom du livre de Vercors en raison de son histoire: « Le silence de la mer » avait été publié clandestinement en 1942, pendant l’occupation, par les  éditions de Minuit. C’est aussi une façon de rendre hommage à Jérôme Lindon, le grand éditeur militant qui,  en dehors d’avoir été à la tête de Minuit de 1948 à sa mort, en 2004, a été l’un des acteurs majeurs de la défense du prix unique du livre.  C’est la mise en avant du fonds qui est selon eux la priorité, afin de lui donner autant de chance qu’à la nouveauté pour laquelle ils font beaucoup en organisant débats et signatures au rythme soutenu de deux rencontres par mois. C’est Jean–Philippe qui nous reçoit aujourd’hui pour nous confier ses coups de cœur du moment.

Quel est le roman français que vous nous conseillez de lire en cette rentrée d’hiver ?
« Article 353 du Code pénal »  de Tanguy Viel (Minuit). L’histoire d’un homme licencié de l’arsenal de Brest qui s’en prend à un promoteur véreux qu’il balance à la mer. Le livre, c’est son interrogatoire. C’est émouvant, juste, bien écrit. L’épilogue est inattendu. Voilà un texte à la fois noir et social, optimiste sur la nature humaine. Un très bon roman.

Du côté des étrangers, que nous recommandez-vous ?
« Canne » de Jean Toomer (Ypsilon). Une pépite qui était sortie en 1923 et qui n’a jamais été publiée pour la France sauf pour les pays francophones d’Afrique. Ce sont des fragments, des nouvelles, des chants sur la violence entre les noirs et les blancs en Géorgie dans le ghetto noir. C’est le premier roman de l’auteur, considéré comme un classique  de la littérature américaine.

Parmi les premiers romans justement , y en a-t-il un en littérature française qui vous a particulièrement marqué ?
« Requin » de Bertrand Belin (P.O.L). Ce n’est pas une nouveauté, mais c’est un régal. Un homme plutôt médiocre, se noie dans un contre réservoir près de Dijon, ce qui semble une mort tout aussi médiocre. Un livre sur les pensées qui traversent un homme  quand il passe de vie à trépas. C’est court, concis et surtout plein d’humour.

Quel est le livre que vous défendez avec ferveur depuis toujours et qui est emblématique de votre librairie ?
J’aurais pu vous dire « Le Silence de la mer » de Vercors bien sûr, mais je vais vous parler d’un livre tout aussi important pour nous « L’usage du monde » de Nicolas Bouvier illustré par Thierry Vernet (La Découverte). Il est à l’origine de notre vocation de libraire. Hymne à la lenteur, au temps qui passe, à l’amitié, aux autres, c’est un récit de voyage qui réunit toutes les qualités, il peut être drôle, mais fait aussi réfléchir.  Surtout il porte à l’émerveillement. Un livre culte.

Quel livre vous êtes-vous promis de lire ?
Il y en a tellement, mais « Le sourire du chat » de l’éditeur-auteur-libraire récemment disparu François Maspero est sur le dessus de ma pile. C’est son premier roman où il raconte les années 44/45 d’un adolescent.

Une brève de librairie ?
À bien y réfléchir, c’est lorsque dans notre librairie parisienne nous avons reçu cinq dessinateurs de Charlie en janvier 2014 à l’occasion de la publication de l’annuel du magazine. Il y avait Charb qui rigolait de sa garde rapprochée, Cabu, Honoré, Tignous, Meurisse et  Luz . C’était un excellent moment où nous avons beaucoup ri et m’en souvenir aujourd’hui me bouleverse.

Propos recueillis par Brigitte Lannaud Levy
Visiter d’autres librairies

Librairie Le Silence de la mer
5 place Saint-Pierre
56000 Vannes
92 97 13 66 09

 

 
 
partagez
partage par email