Martin PAGE
Robert Laffont
mars 2017
270 p.  18,50 €
ebook avec DRM 12,99 €
 
 
 

l  a   c  r  i  t  i  q  u  e   i  n  v  i  t  é e   

Ilana Moryoussef  (France Inter) a aimé
« Les animaux ne sont pas comestibles» de Martin Page (Robert Laffont)  

« J’étais intriguée par le fait que de plus en plus d’écrivains délaissent la fiction pour des essais de ce genre, comme  Jonathan Safran Foer avec « Faut-il manger des animaux ? ». Et on se souvient, l’an dernier, du roman de Jean-Baptiste del Amo, « Règne animal ». 

Ce que j’aime dans le livre de Martin Page, c’est qu’il pose bien les termes du débat dès le début. Il expose beaucoup d’idées et d’arguments, tout en expliquant sa démarche personnelle et celle de sa famille qui les a conduits au veganisme. Il montre aussi à quel point c’est difficile et déculpabilise ceux qui n’y parviennent pas. Mais si l’on accepte de l’envisager comme une sorte de jeu, alors cela devient assez joyeux. Dans une succession de courts chapitres, il évoque nos rapports aux animaux, ne s’énerve pas contre les arguments idiots qui se moquent de la douleur de la carotte, décline les différentes facettes du veganisme du style « le veganisme est un féminisme », démontre que mettre fin aux pratiques cruelles pour tuer les animaux n’est pas une solution puisque ces animaux ne veulent tout simplement pas mourir. Il souligne encore à quel point, en France, les pouvoirs publics ont pris du retard par rapport à d’autres pays en adoptant une position de refus de principe.

Martin Page signe un essai militant, tout en gardant son ton, son style. Il développe ses arguments sans se laisser perturber, d’un ton tranquillle, assuré. Il n’est pas fanatique, ne se montre jamais agressif. C’est en tout cas un livre très stimulant. »

Propos recueillis par Pascale Frey
Lire les choix d’autres critiques invités

 
 
partagez
partage par email