Milan Kundera
GALLIMARD
folio
janvier 1990
476 p.  10,40 €
 
 
 

Librairie Mots en marge 
à La Garenne Colombes


illustration de Brigitte Lannaud Levy

Il y a le rythme des saisons et ici, dans cette librairie il y a le « rythme des auteurs» que Nathalie Iris suit, soutient et accompagne inlassablement avec passion depuis 2005. Après un parcours dans les ressources humaines, elle choisit de donner un nouveau cap à sa vie en devenant libraire. C’est aux portes de Paris, dans les Hauts-de-Seine, qu’elle créée « Mots en marge », un espace chaleureux d’une quarantaine de mètres carrés où elle défend avec vivacité les livres qu’elle aime. En lisant « En marge » de Jim Harrison, elle trouve l’inspiration pour baptiser son enseigne située place du marché de la Garenne-Colombe. Quand elle organise des rencontres ou évènements, c’est tout le quartier alentour qu’elle entraîne dans son sillage comme pour « La Nuit blanche des livres »  où dans les vieilles Halles Eiffel, une quarantaine d’auteurs sont réunis chaque année pour des rencontres et dédicaces. Ne ratez pas la prochaine édition qui aura lieu le 23 juin prochain. Et en attendant, partageons avec Nathalie Iris ses derniers coups de cœur.

En ce printemps quel roman nous recommandez-vous de lire ?
« La géopolitique du moustique : petit précis de mondialisation IV » d’Erik Orsenna et Isabelle de Saint-Aubin (Fayard). Ce document se lit comme un roman. Les héros en sont les moustiques, ces êtres sans frontières qui nous invitent à parcourir le monde pour nous en raconter l’histoire. Erik Orsenna est un auteur- explorateur à la langue pétillante et très précise, qui nous apprend beaucoup à travers cet ouvrage destiné à tous les publics.

Et du côté des auteurs étrangers ?
« Sous la même étoile » de Dorit Rabinyan  (Les Escales). Sur le bandeau du livre on peut lire une phrase d’Amos Oz: « Une finesse rare ». C’est ce qui nous vient à l’esprit quand on referme ce très beau texte. Il raconte une histoire d’amour assez complexe, qui démarre à New York entre une jeune israélienne et un peintre palestinien originaire de Ramallah. Je n’en raconterai pas plus, il faut le découvrir, c’est un livre d’une profonde sensibilité.

Y-a-t-il un premier roman qui vous a particulièrement marquée ?
« Looping »  d’Alexia Stresi (Stock) L’histoire de Noelie au  début du 20e siècle, née de père inconnu dans une ferme en Italie dont la volonté acharnée va lui permettre de changer le cours de sa vie.  Ce roman entre l’Italie et l’Algérie a une fin étonnante qui vient démonter tout le fil de l’histoire. C’est une jolie découverte.

Quel est le livre le plus emblématique de la librairie que vous défendez avec ferveur depuis toujours ?
C’est un classique: « L’insoutenable légèreté de l’être » de Milan Kundera (Folio). Un roman d’une intelligence fabuleuse. Ses personnages bougent, évoluent avec le temps selon les époques de la vie où on le lit et le relit. Cela fait trente ans qu’il m’accompagne. Sa force est aussi romanesque que philosophique.

Quel livre vous êtes-vous promis de lire ?
Je suis amoureuse d’Anton Tchekov et je voudrais lire sa correspondance  « Vivre de mes rêves. Lettres d’une vie » (Bouquins).

Une brève de librairie :
Le vibrant hommage rendu à la librairie indépendante par un couple de nonagénaires qui, poussant la porte de « Mots en marge » s’est écrié:  « Bonjour, on vous félicite d’exister : vous libraire, votre librairie et les livres que vous défendez !»

Propos recueillis par Brigitte Lannaud Levy
Visiter d’autres librairies

Mots en marge
11 place de la liberté
92250 La Garenne-Colombes
0142 42 85 56

 

 

 

 
 
partagez
partage par email