Viet Thanh NGUYEN
traduit de l'anglais par Clément Baude
Belfond
août 2017
504 p.  23,50 €
ebook avec DRM 15,99 €
 
 
 

l  e   c  r  i  t  i  q  u  e   i  n  v  i  t  é   

François Lestavel (Paris Match) a aimé
« Le sympathisant » de Viet Thanh Nguyen (traduit de l’anglais par Clément Baude) paru aux éditions Belfond

« Comme Colson Whitehead, dont « Underground railroad » paraît lui aussi dans cette rentrée, Viet Thanh Nguyen a remporté le très prestigieux prix Pulitzer pour « Le sympathisant ». C’est le genre de livres qui me fait jubiler. Il prend la forme d’un roman d’espionnage, qui se déroule en pleine débacle du Sud Vietnam, en 1975. Le narrateur, qui travaille comme taupe aux côtés d’un général sud vietnamien, est ravi de cette défaite. Il va enfin pouvoir affirmer ses convictions communistes en plein jour. Mais ce n’est pas du tout ce qui va se passer, car son patron lui demande de continuer à espionner son général, et donc de le suivre aux Etats-Unis où celui-ci part se réfugier. Le narrateur déteste le mode de vie américain, leur racisme sans complexe, ce peuple shooté à l’optimisme, comme il déteste la manière dont les Américains traitent les Vietnamiens. 

Notre espion est également embauché comme conseiller technique sur le tournage d’un grand film (on comprend qu’il s’agit d’ « Apocalypse now ») dont le metteur en scène (Coppola), sous le prétexte d’être antimilitariste, voit la guerre comme un drame exclusivement américain.

L’auteur est arrivé lorsqu’il avait quatre ans aux Etats-Unis. Il a une double culture et porte un regard critique sur les deux avec du recul et une justesse épatante. C’est un roman fin, ironique, acide, qui évolue sans aucune rupture de ton. »

Propos recueillis par Pascale Frey
Lire les choix d’autres critiques invités

 
 
partagez
partage par email