Supplément à la vie de Barbara Loden
Nathalie Léger

Folio
septembre 2013
128 p.  5,90 €
ebook avec DRM 9,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

De la solitude des femmes

Suite à la demande d’un éditeur de dictionnaire de cinéma, l’écrivain Nathalie Léger doit rédiger une notice sur l’actrice et réalisatrice Barbara Loden avec l’injonction de ne pas y mettre trop de cœur. Mais « pour écrire peu il fallait en savoir long ». Voilà donc l’auteure embarquée dans un road-trip aux États-Unis sur les traces de celle qui fut la deuxième épouse d’Elia Kazan et réalisa un unique film qu’elle interpréta et qui fut primé à la Mostra de Venise en 71: « Wanda ».

Ce texte captivant de Nathalie Léger, couronné du prix du livre Inter en 2012, dépasse de beaucoup son thème cinéphilique pour nous offrir un subtil jeu de miroirs où se reflètent des portraits de femmes face à leurs solitudes: Nathalie en pleine écriture, la figure de sa mère en arrière-plan, Barbara Loden son sujet littéraire, Wanda le personnage du film de Barbara et Alma la femme dont la réalisatrice s’inspira pour son long métrage.

Sont convoquées aussi à ce jeu de poupées russes d’autres femmes à la mélancolie poétique qui savaient éprouver la tristesse d’exister: Marilyn Monroe, Marguerite Duras, Sylvia Plath, Virginia Woolf. Nathalie Léger a inventé une jolie façon de qualifier son travail d’écriture autour de cette météorite hollywoodienne, décédée d’un cancer à 48 ans : « Supplément à la vie », une approche toute personnelle et poétique pour dépasser les genres établis que sont le roman, le récit, la biographie. Afin de régler définitivement la question du réel et du romancé, elle fait appel à Elia Kazan pour qui « la vérité constitue la meilleure base pour la fiction » et enfonce le clou avec Flaubert « tout ce que l’on invente est vrai ».

C’est ainsi qu’elle s’autorise à se jouer des apparitions-disparitions pour tendre vers sa propre vérité (très bel exergue de Jean-Luc Godard sur le sujet) et laisse aller sa « mémoire affective » au fil d’une écriture aussi fluide que ciselée.

Les autre poches de l’été

partagez cette critique
partage par email