Le petit garçon sur la plage
Pierre Demarty

Editions Verdier
chaoîd
août 2017
123 p.  13 €
ebook avec DRM 8,99 €
 
 
 
 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

Digues renversées

Pierre Demarty nous livre un roman sur la façon de voir le monde et celle dont il nous arrive. Ici, il y a plusieurs petits garçons sur la plage, au moins deux, l’un dans un film de cinéma, l’autre sur une photo prise sur une plage turque en septembre 2015 et qui fit le tour du monde.

Le personnage est un père de famille lisse et sans histoires. Un soir d’été, alors que sa femme et ses deux fils sont en vacances à la campagne, tandis que lui est resté en ville pour son travail, ses pas le portent vers un cinéma où l’on projette un film dans lequel un enfant est abandonné sur une plage après que ses parents se sont noyés. Cette image du petit garçon sans défense, hurlant seul sur une plage de galets hostile, provoque en lui un effroi, un bouleversement qui agit comme un révélateur de la fragilité de l’enfance et de l’innocence piétinée, et ce spectateur, qui se tient d’ordinaire à distance des émotions, ne peut lutter contre les larmes. Un an plus tard, il découvre sur son écran la photographie d’un enfant noyé que la mer a déposé sur une plage de Turquie : si elle a ému le monde entier, cette nouvelle image agit comme un tsunami émotionnel sur notre homme.

L’évocation traditionnelle des vacances, de la légèreté et des châteaux de sable est renversée pour devenir tragique. Se dépose dans la pensée du personnage la détresse des petits garçons, celui pour qui on ne peut rien, celui qu’on aurait pu sauver. La représentation violente et brutale de la solitude et de la mort de l’enfant révèle notre impuissance à le protéger. Par identification, l’homme prend aussi conscience que ses propres enfants ne seront jamais à l’abri des catastrophes. Mais ce livre insiste aussi sur le flot d’informations dramatiques dont on est abreuvé ; comment traiter l’image, ne pas la laisser se noyer sous le sensationnel ? Justement, l’écriture puissante, précise et sensible de Pierre Demarty prend son temps, s’approche au plus près du détail, elle est faite de répétitions, de leitmotivs, comme une vague qui se forme, roule et vient s’écraser avec fracas. Malgré un léger flottement dans la construction du projet, ce beau roman magnétique laisse une empreinte durable.

partagez cette critique
partage par email