Les Garçons de l'été
Rebecca Lighieri

P.O.L
fiction
janvier 2017
448 p.  19 €
ebook avec DRM 13,99 €
 
 
 
 Les internautes l'ont lu
coup de coeur nuit blanche

Beaux comme des dieux…

Parfois, l’on me demande : « Pourquoi écrivez-vous sur onlalu ? » Eh bien, la réponse est simple : pour parler de livres comme celui-ci, pour les faire connaître, pour me calmer un peu aussi car lorsque l’enthousiasme me gagne, c’est terrible, je rebats les oreilles de tout être vivant passant à ma portée pour le convaincre de se procurer au plus vite ledit bouquin, puis j’achève le malheureux en lui demandant sans arrêt : « Alors, t’en es où? », brûlant d’en discuter, voire vicieusement d’en révéler la fin.
Bref, les copains ! Coups de klaxon, grands mouvements des bras, agitation des drapeaux, STOP !!! Arrêtez-vous là et courez acheter ce roman qui m’a littéralement happée mais happée de chez happée. C’est simple, j’ai tout lâché : les copies, les courses, le ménage, j’allais dire les balades mais c’était pour faire genre car je n’en fais jamais.
Bref : j’ai a-d-o-r-é ce livre…
Alors, de quoi ça parle ?
J’en frémis encore rien qu’en rassemblant mes idées pour tenter de vous en parler… je crois d’ailleurs que mon article va être nul car mon enthousiasme m’empêche de réfléchir correctement. Reprenons-nous !
Nous sommes à Biarritz chez les Chastaing. Une espèce de famille bourgeoise idéale comme on en voit dans les publicités : le père Jérôme est pharmacien, la mère Mylène a fait des études de pharma mais n’a jamais exercé. Non, elle a préféré s’occuper de sa progéniture : deux magnifiques garçons, grands, athlétiques, bronzés, intelligents, doués pour les études , bref, des demi-dieux, surtout l’aîné que la mère adule. Ce dernier se nomme Thadée, le plus jeune c’est Zachée. Et puis, on aurait presque tendance à l’oublier, mais ces beaux mâles ont une petite sœur : Ysé, qui vit un peu dans son coin, bricole, colorie, fait des colliers d’insectes , des mosaïques abstraites dont tout le monde se moque. Et pourtant, elle est là, voit tout, observe tout, entend tout, comprend tout. Elle n’a l’air de rien comme ça, mais elle est d’une maturité et d’une lucidité surprenantes.
Que fait-on quand on est un ado et qu’on habite Biarritz ? Je vous le donne en mille : on fait du surf, on vole, on glisse, on court après La Vague, THE Rouleau, enfin bref je ne sais pas comment ça s’appelle tous ces trucs- là, parce que des termes techniques, il y en a ! C’est vraiment tout un monde ! En tout cas, l’aîné, Thadée, le dieu de la glisse, s’est offert un petit séjour de quelques mois sous le soleil de La Réunion pour surfer dans des endroits idylliques. Son frère Zachée l’a rejoint pour des vacances. L’eau, le ciel, la mer et nos deux beautés mâles glissant sur les flots… Waouh, restons sur terre !
Quand le téléphone se met à sonner dans la jolie maison biarrote, Mylène est bien loin de s’imaginer ce que Zachée va lui dire… et pour cause : Thadée, le demi-dieu, le roi-soleil, le fils adoré de sa mère, s’est fait bouffer par un requin.
Stop, je n’en dirai pas plus,
Je vous laisse imaginer le raz de marée qui va balayer la gentille vie des Chastaing…
Parce qu’au fond, ce terrible événement va mettre à jour le fond du tréfonds de chacun des protagonistes qui prendront la parole successivement. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça ne va pas être joli, joli. La belle façade va progressivement se lézarder jusqu’à…
Qui sont en réalité ces gens-là, cette famille idéale, symbole de la réussite, ces beaux enfants que tous les parents souhaiteraient avoir ? Les masques vont tomber un à un. Chacun va tour à tour se dévoiler, ôter son masque et c’est terrible. Plus que ça encore. Une vraie tragédie. La tension est insoutenable, on sent que le pire n’a pas été atteint, qu’il est imminent, qu’il va leur éclater à la figure et que ça va faire mal, très mal. C’est une vague XXL qui va balayer toute cette petite famille où règne l’harmonie. Dur de dire sans dire, il faudra qu’on en reparle quand vous l’aurez lu !
En tout cas, madame Rebecca Lighieri ou Emmanuelle Bayamack-Tam, je ne sais pas trop comment vous voulez que l’on vous appelle, en tout cas, disais-je, chapeau bas, très bas même : cette histoire d’une force incroyable, ces personnages fouillés et si crédibles et cette écriture superbe qui coule, tiens, une vraie vague de surf, on est comme porté… et ce don d’observation que vous avez, c’est remarquable : vous savez ce qu’est un ado, ça c’est sûr ! Et tout ce qui concerne le surf : êtes-vous allée à Biarritz passer quelques vacances avec un bloc-notes à la main ? L’effet de réel est saisissant et c’est la raison pour laquelle votre récit nous entraîne avec lui et devient impossible à lâcher. Un vrai thriller… J’avais beau me dire à une heure avancée de la nuit : j’arrête, eh bien, mes yeux continuaient tout seuls le chapitre suivant !
Allez, c’est dix mille fois mieux que tout ce que je viens de vous dire et je ne peux vous donner qu’un seul conseil : LISEZ-LE ! (Si vous n’aimez pas, je rembourse… heu, non, je plaisante!)

Retrouvez Lucia sur son blog

partagez cette critique
partage par email
 
coup de coeur

D’ombres noires et de soleil

Cet auteur écrit à la fois des livres poétiques sous le nom de Emmanuelle Bayamack-Tam (Je viens en 2015) et se laisse aller complètement sous le nom de Rebecca Lighieri.
Je ne connaissais pas cet auteur et je me suis laissée embarquer dans un roman ensoleillé sur la côte basque , en compagnie d’une famille apparemment normale, père pharmacien, mère au foyer, et 3 enfants dont 2 superbes garçons fous de surf, et qui réussissent avec bonheur toutes les entreprises de leur âge, 20 et 21ans. Puis vient Ysée, une petite fille de 13 ans à la fin du roman.
L’intrigue se passe sur un court laps de temps , les 2 frères partent à La Réunion pour surfer, ils y rencontreront un requin allergique aux surfeurs.. .
Et à partir de là, toute la famille se déglingue, de retour à Biarritz Thadée , le blessé devra essayer d’accepter son handicap, mais , malgré l’amour de son frère Zachée , des pulsions inquiétantes se manifesterons, et j’ai bien envie de ne pas raconter cette nouvelle histoire d’Abel et Caïn, tellement prenante.
De page en page , le roman passe au thriller, et plus on avance plus on se retrouve dans l’univers de Stephen King (ça) jusqu’au vertige.
Elle cache bien son jeu la Rebecca Lighieri, je suis passée du soleil à l’ombre, du plaisir à l’effroi, en découvrant les parts d’ombre de chacun des protagonistes.
Un roman étonnant ; tout le vocabulaire dédié au surf est décliné certes, moi, je n’ai rien su traduire, mais d ‘autres lecteurs y trouveront leur compte.

partagez cette critique
partage par email