Née contente à Oraibi
Bérengère Cournut

Le Tripode
juin 2016
304 p.  19 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Un papillon dans le désert

Au départ, l’écrivaine Bérengère Cournut dit avoir eu l’idée d’un roman sur l’absence ; c’est à la faveur d’un voyage aux Etats-Unis qu’elle découvre les Hopis, une tribu indienne d’Arizona. Elle se prend de passion pour ce peuple et trouve son paysage romanesque sur les « mesas », ces immenses plateaux désertiques. Voilà comment est « Née contente à Oraibi » : dépaysant et magnifique.

Une histoire intemporelle

Fondée vers 1150, Oraibi serait la plus vieille ville habitée des Etats-Unis, mais chez les Hopis (littéralement « peuple de la paix »), il n’y aurait pas de mot exprimant le temps, et de fait l’histoire de la narratrice est intemporelle. Issue du clan du Papillon, Tayatitaawa raconte son enfance et son adolescence au sein de cette société matrilinéaire où les rites scandent les saisons. Son père, tisserand selon la coutume hopi, lui donne très jeune le goût de la marche et de l’observation ; il est son guide spirituel, et Tayatitaawa l’écoute avec passion lui raconter l’origine de leurs croyances, les histoires et la cosmogonie de leur ethnie. Aussi, à la mort prématurée de celui-ci, le monde de la jeune fille s’écroule sous le poids de la douleur. Entre sa mère, une personnalité du clan, et son frère indépendant, Tayatitaawa se cherche, refuse sa féminité et échoue à trouver sa place. Pour guérir son mal de vivre et étancher sa soif de liberté, elle devra puiser la force d’être elle-même dans une expérience personnelle et mystique.

Un conte initiatique

Bérengère Cournut, sans tomber dans l’ethnographie, donne à son style dépouillé la couleur et la chaleur des paysages arides de l’Arizona des Pueblos à travers une lumineuse poésie narrative. Ici le désert ne recèle pas seulement des pierres, il est riche des aventures et des mystères de ceux qui l’habitent. Ce beau roman possède le souffle et l’universalité des contes initiatiques, et tout en faisant évoluer des personnages vraiment attachants, pose les questions de la singularité et de l’émancipation avec une grande acuité. Une très belle réussite.

partagez cette critique
partage par email

j e u - c o n c o u r s 

jouer ici  

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

la tête dans les étoiles

Ce très beau roman vous entraîne loin, très, très loin dans le désert aride d’Arizona, chez les Hopis, peuple légendaire qui vit de croyances où chacun peut se retrouver entre vie et mort, terre et ciel. Pour avoir rencontré des Hopis et avoir vécu avec eux des moments merveilleux, je peux vous assurer que le roman est fidèle et qu’il décrit parfaitement bien les sentiments mais également les espérances de ce peuple. Après cette lecture, vous aurez envie de lire leurs légendes, leurs textes sacrés et peut-être, irez-vous à Oraibi. Je vous le souhaite !

partagez cette critique
partage par email