Nos richesses
Kaouther Adimi

Le Seuil
cadre rouge
août 2017
224 p.  17 €
ebook avec DRM 11,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

partagez cette critique
partage par email

Passeur de livres

Après « Des pierres dans ma poche », l’auteure algérienne Kaouther Adimi publie un roman attachant qui sort de l’ombre le libraire éditeur algérois Edmond Charlot, une personnalité des lettres françaises, premier éditeur de Camus et de bien d’autres.

Deux hommes, deux époques

Pour son stage de fin d’études en ingénierie, Ryad se voit confier la mission de vider et repeindre une ancienne librairie à Alger, « Les vraies richesses », appelée à devenir une boutique de beignets. Ryad, jeune Parisien n’ayant jamais entendu parler de la mythique adresse, s’attelle à sa tâche sous l’œil du dernier gardien du temple, rempli de livres poussiéreux, de vieilles photographies et de papiers destinés à la poubelle. En parallèle, le roman nous fait entendre la voix d’Edmond Charlot, qui, à vingt et un ans, ambitionne de créer « un lieu pour tous les amis qui aiment la littérature et la Méditerranée ». En 1936, il fonde sa librairie près de l’université d’Alger, qui deviendra vite un lieu de rencontres amicales, professionnelles, où se retrouvent écrivains, lecteurs, artistes, toute une jeunesse intellectuelle en ébullition… Entre celui qui remplit cet espace et celui qui le vide, il y a des dizaines d’années d’histoire houleuse entre deux pays.

Les vicissitudes d’un libraire à Alger

Il est difficile, le métier de libraire, et plus encore en Algérie, colonisée depuis plus d’un siècle lorsque Edmond Charlot y ouvre « Les vraies richesses ». Véritable artisan à la vocation sans faille, ce dernier ne conçoit pas de dissocier la librairie et l’édition, deux faces d’une même profession. Il est ainsi le premier éditeur de Camus, avant d’accueillir dans son catalogue Giono, Henri Bosco, Max-Pol Fouchet, Emmanuel Roblès… Pendant la guerre, il poursuit son œuvre engagée clandestinement, contournant la censure, faisant face aux pénuries de papier et d’encre ; plus tard il sera pris entre les feux de la guerre d’indépendance et les querelles d’amour-propre de ses amis. Kaouther Adimi fait revivre avec passion les plus glorieuses et les plus sombres heures de la belle enseigne algéroise et de la littérature française entre les années 1930 et 1960. Une ode aux livres comme des ponts entre les rives.

 

partagez cette critique
partage par email
 Les internautes l'ont lu
coup de coeur nuit blanche

Amour des livres et des mots – Pépite à découvrir.

C’est encore d’une petite merveille dont je vais vous parler, un joli coup de coeur.

Kaouther Adimi dans ce troisième roman nous fait découvrir la vie et l’histoire d’Edmond Charlot qui en 1935, âgé à peine de vingt ans va réaliser un rêve. En effet, il trouve un petit local à Alger, rue Hamani 2 bis, à l’époque rue Charras et ouvre une librairie qui en hommage à Giono se nommera « Les vraies richesses ».

De ce lieu, il veut faire un lieu de rencontres, un lieu où l’on parle des livres, un lieu dédié à l’amour de la littérature et des mots. Il ne s’arrête pas là car il devient contre vents et marées éditeur, découvreur de talent et prêteur de livres pour défendre ces mots qu’il aime tant.

C’est lui qui publiera le premier texte de son futur ami « Albert Camus ».

C’est un récit passionnant qui retrace huit décennies, reprenant l’Histoire de l’Algérie, des indigents, du colonisateur qui au départ du livre fête un siècle de domination. C’est aussi l’Histoire; la guerre, la difficulté d’éditer durant la guerre à cause de la pénurie de papier, la censure, l’histoire d’un éditeur en temps de guerre en France libre durant l’occupation..

Ce récit nous fait découvrir un homme mais aussi un pays, un peuple, la réalité de la guerre, de la censure, la lutte pour trouver du papier et continuer de publier à tout prix, acte de résistance, vital.

J’ai découvert Edmond Charlot, ce dénicheur de talent : Camus, Roblès, Senac pour ne citer qu’eux, souvent débauchés par la suite par de grandes maisons d’édition.

La lutte, la difficulté de trouver de l’argent pour survivre, toujours continuer, animé par la foi de la littérature.

Un roman magnifique où l’amour des livres, des auteurs, de la littérature était vraiment l’essence même de vivre pour Edmond Charlot.

Le roman nous projette aussi aujourd’hui où Ryad, arrive de Paris. Il a environ le même âge que Charlot au début de l’aventure, il arrive de France pour un « stage » pistonné par un ami de son père. Objectif : lui qui ne lit pas et ne connaît rien aux livres, vider les lieux de ce qui aujourd’hui était transformé en bibliothèque, vider les étagères, tout jeter, repeindre le local pour en faire un lieu où l’on vendra des beignets…

En arrivant sur place, il rencontrera Abdallah, le gardien des lieux qui ne sait pas lire mais veut à tout prix protéger ce patrimoine.

La construction du roman est intéressante. Ryad nous fait part de son point de vue, on fait des allers-retours dans le temps, le tout s’entremêle au journal de bord d’Edmond Charlot qui nous permet de suivre les événements chronologiquement.

J’ai dévoré cette petite merveille. La plume est fluide, c’est passionnant. Je ne connaissais pas Edmond Charlot, un éditeur passionnant, il m’a vraiment captivée.

C’est un énorme coup de coeur.

Les jolies phrases

Un homme qui lit en vaut deux mais un homme qui ne lit pas ne vaut rien.

En c’est temps de crise économique, l’Etat croit bon de vendre de tels lieux aux plus offrants. Depuis des années, il dilapide l’argent du pétrole et maintenant, les ministres crient : « c’est la crise », « nous n’avons pas le choix », « ce n’est pas grave, le peuple a besoin de pain, pas de livres, vendons les bibliothèques, les librairies. L’Etat brade la culture pour construire des mosquées à tous les coins de rue ! Il y a un temps où les livres étaient si précieux que nous les regardions avec respect, que nous les promettions aux enfants, que nous les offrions aux êtres aimés !

L’écrivain doit écrire, l’éditeur doit donner vie aux livres. je ne vois pas de limite à cette conception. La littérature est trop importante pour ne pas y consacrer tout mon corps.

C’est à dire une librairie qui vendrait du neuf et de l’ancien, ferait du prêt d’ouvrages et qui ne serait pas juste un commerce mais un lieu de rencontres et de lecture.

Mais plus nous publions de bons livres et plus la situation financière de la maison se détériore. je suis passé d’une petite maison d’édition artisanale à une entreprise submergée de commandes et … de dettes.

Cette occupation, c’est comme une main qui nous enfonce la tête sous l’eau, un hiver sans fin.

Abdallah m’a dit un jour que les écrivains, ou du moins ce qu’ils sont capables d’imaginer, ont aidé sa
fille à aller mieux.

Je trouve scandaleux et monstrueux que l’on puisse assassiner des civils, mettre des bombes sous les réverbères, tuer des femmes de ménage et des facteurs sous prétexte qu’ils sont arabes.
On sait tant de choses, ah tant de choses ! Qui a écrit les livres, qui les a édités, qui les a imprimés, qui les a vendus, qui les a apportés, qui les lira … non, non vraiment, cela ne sera pas possible

Retrouvez Nathalie sur son blog 

partagez cette critique
partage par email
 
coup de coeur

Pour l’amour des livres

Un homme qui lit en vaut deux, c’est aussi valable pour une femme, un enfant, bref, la culture fait reculer l’obscurantisme, c’est pourquoi certaines personnes, des hommes en général, n’aiment pas que le peuple lise et s’instruise.
Changement de mœurs, nous sommes en 2017 ; on vide une librairie pour la transformer en commerce de beignets, ceci au 2bis rue Hamani, ex rue Charasse à Alger. C’est le jeune Ryad qui doit se charger de cette basse besogne. Un stage ouvrier pour confirmer son année d’étudiant-ingénieur en France.
Cette boutique devenue obscure était l’antre, le foyer de la connaissance qu’Edmond Charlot a ouvert en 1935.Faire lire les gens, dénicher et éditer des auteurs inconnus, tel est son sacerdoce. J’emploie le terme car le désir d’éditer occupe toute sa vie. Il a découvert et édité Albert Camus, Jules Roy, André Gide, Emmanuel Roblès, Kater Yacine, Mohammed Dib entre autres.
C’était surtout une équipe de copains qui, avec des bouts de ficelle sortent des merveilles qui obtiennent des prix prestigieux comme le Goncourt.
Charlot fonde une autre maison d’éditions à Paris mais la seconde guerre arrive avec les pénuries de papier, la censure, les problèmes d’argent et, peut-être d’égo pour certains. La faillite est là et Charlot retourne à Alger où la guerre d’indépendance sonne le glas de son œuvre.
Entre 1935 et 2017, Kaouther Adimi l’Algérie, les méfaits de a colonisation, le désir d’indépendance après la seconde guerre puis ce que les autorités ont appelées pudiquement les « évènements d’Algérie », autrement dit, la guerre d’indépendance.
Le passé et le présent alternent tant le présent se nourrit du passé, une plongée dans l’Algérie historique et présente.
Kaouther Adimi met m’a donné envie d’aller voir ce qui se trouve au 2bis rue Hamani, ex rue Charasse à Alger. Son écriture effervescente et douce devient télégraphique, lorsqu’elle parle du journal d’Edmond Charlot. D’ailleurs il semble si vrai que j’ai eu envie de le croire exhumé de Pézenas, plutôt que de son imagination.
Ce bouquin est un hymne à la littérature, aux livres, à la connaissance, l’ouverture aux autres, l’amitié qui pourraient bien être nos vraies richesses.
J’ai eu l’occasion d’écouter Kaouther Adimi parler de son livre lors de la soirée « explolecteurs 2017 » organisée par Lecteurs.com. Son livre lui ressemble. J’ai aimé ce moment, sa verve et son plaisir, dommage qu’elle ait dû partir plus tôt, je n’ai pu lui faire dédicacer mon livre.
L’envers des autres est un petit bijou et celui-ci une perle.
Retrouvez Zazy sur son blog

partagez cette critique
partage par email
 
coup de coeur

une déclaration d’amour à la littérature

Est-ce que les cachous ont une date de péremption ou sont-ils comme les livres impérissables?

L’Algérie le seul pays au monde où c’est l’état demande des comptes au peuple et non l’inverse. C’est ici, à Alger, en 1936 qu’Edmond Charlot ouvre, à 21 ans, une librairie « les vraies richesses » un petit local de 7 mètres sur 4. Une librairie qui vend du neuf et de l’ancien, mais qui n’est pas qu’un simple commerce, mais un lieu de rencontres, un lieu d’amitié. Edmond fait venir et édite des écrivains de tous pays de toute religion dont Albert Camus. Edmond est un passeur de livres.
Algérie 2017, l’état dilapide l’argent du pétrole, le peuple a besoin de pain, pas de livres, vendons les bibliothèques et les librairies. Ryad arrive à Alger, une ville toujours agitée et bruyante, perpétuellement en train de vibrer, de se plaindre, de gémir. Lui qui n’a jamais aimé lire, a été embauché pour vider la librairie, ne rien garder, tout jeter, tout détruire, pour la transformer en une boutique où l’on vendra des beignets.

Un livre à la construction originale, à travers les carnets fictifs, d’Edmond Charlot nous suivons de 1935 à 1961,en parallèle, l’histoire de cette librairie improbable et l’Histoire de l’Algérie, et souvent les deux sont liées. La seconde guerre mondiale, la mère patrie promet de ne pas oublier le jour de la victoire tout ce qu’elle doit à ses enfants de l’Afrique du Nord, les tirailleurs, de la chère à canon qui vont combattre pour une nation dont ils ne font pas vraiment partie. La censure et la difficulté pour obtenir du papier, les livres se font rares, les étagères presque vides. La joie de la libération et les espoirs vites refroidis par le massacre de Sétif et les drames qui s’en suivent, l’insurrection, le temps de la haine et de la peur. Les ratonnades à paris, des corps jetés à la Seine, il faut désinfecter la France.

Une déclaration d’amour à la littérature à travers l’histoire de cet homme fasciné par les livres qui va faire d’une petite maison artisanale une entreprise d’édition submergée de commandes mais aussi hélas de dettes. Il va finir sa vie presque aveugle ne pouvant plus lire ni écrire à ses amis. Une écriture pudique qui laisse entrevoir la violence passée et le désarroi actuel dont souffrent l’Algérie. un livre qui porte bien son nom car il est rempli de richesses.

partagez cette critique
partage par email
 
coup de coeur

Coup de coeur

C’est à travers le regard de trois hommes que Kaouther Adimi fait revivre une minuscule librairie, serrée entre une pizzeria et un marchand de légumes dans une ruelle d’Alger.
En ouvrant « Les vraies richesses » dans les années 30, Edmond Charlot, libraire, imprimeur et éditeur a voulu partager sa folle passion pour les livres.

Au fil du temps, la librairie, devient une bibliothèque de prêt, faute d’acheteurs. Abdallah, le nouveau maître des lieux n’aime pas lire, mais les livres sont un trésor qu’il doit protéger.

En 2017, lorsque Ryad à son tour investi l’endroit, c’est pour faire le vide, débarrasser, donner où jeter les vestiges d’un temps révolu.

En découvrant par hasard cette petite échoppe, lors d’une promenade à Alger, l’auteure a été intriguée par ce lieu étrange et a fait des recherches sur son créateur Edmond Charlot.
Les carnets qu’elle a retrouvés et son imagination ont donné corps à un personnage hors du commun qui deviendra au fil des années l’ami et confident de Camus, d’Emmanuel Robles où de Jean Giono.

Dès les premières lignes, je me suis laissée envoûter par une écriture aussi élégante que précise. En nous faisant découvrir Alger l’auteure nous invite dans des ruelles baignées de soleil où le bleu du ciel rejoint celui de la mer. Tous les sens sont sollicités dans une ronde de senteurs et de sons.

Chaque personnage de cette histoire vraie, en grande partie, est brossé avec beaucoup d’application et une grande sensibilité.
L’immersion dans le monde de l’édition m’a passionnée et j’ai aimé suivre Edmond Charlot, dans ses succès mais aussi dans ses terribles moments de doute et de découragement.
Outre l’hommage au monde des livres, de l’édition et des libraires, ce livre est aussi une chronique du temps qui passe, il s’en dégage beaucoup de nostalgie.

Kaouther Adimi signe un très beau roman peuplé des fantômes de grands écrivains.
Je garderai longtemps en mémoire l’image de Saint-Exupéry, assis sur un trottoir fabriquant de petits avions en papier de chocolat pour des enfants hurlant de rire sous un soleil éclatant.

Un coup de cœur !

partagez cette critique
partage par email