Point Cardinal
Leonor de Recondo

Sabine Wespieser
août 2017
224 p.  20 €
ebook avec DRM 13,99 €
 
 
 
 Les internautes l'ont lu

On ne vit qu’une fois

A l’heure où l’intolérance est de plus en plus légion dans notre société, ce roman fait du bien. Et le rôle de la littérature est de nous faire réfléchir sur les problèmes humains et de nous faire avancer et pourquoi pas à travers une une histoire positive?
La famille stéréotypée de Laurent/Lauren est obligatoire dans ce récit,c’est au sein d’ une famille comme celle-ci que l’histoire prend toute sa force. C’est parce qu’il est si bien accompagné que le héros trouve les ressources pour assumer qui il/elle est, même si ça passe par des moments difficiles. Son fils a une réaction naturelle et normale, il demande lui même à quitter la maison, c’est sain et il y a fort à parier qu’il reviendra vers son père un jour…
Toutes les familles ont leurs problèmes, derrière les volets bien peints et les jardins en fleur, et Leonor de Recondo a voulu peut être exprimer que ce qui se passe chez les Duthillac n’est pas si grave finalement tant que l’amour et la bienveillance sont là.
En tout cas, ce roman est formidablement écrit, très sensible et très pudique, et il devrait être préconisé dans les lycées, pour participer à l’éducation à la tolérance et à l’ouverture d’esprit!

partagez cette critique
partage par email
 

L’heure de vérité

Sur un parking de supermarché, Mathilda se démaquille. A l’abri des regards, un coup de lingette sur le visage, le masque tombe et Laurent démarre. Il rentre chez lui comme s’il revenait d’un entraînement sportif, prend rapidement une petite douche et « bonjour tout le monde ! », s’assoit à table pour le dîner. Une soirée agréable entre sa femme et ses deux ados, une soirée de plus à cacher la vérité : Laurent se sent femme, Laurent veut changer de sexe.
C’était risqué de la part de Léonor de Récondo de se lancer dans un sujet dont on parle souvent ces temps-ci dans les journaux, à la télé et même au cinéma : on ne compte pas en effet les témoignages, souvent terribles d’ailleurs, de ces hommes qui se sentent femmes et de ces femmes qui se rêvent dans un corps d’homme. Risqué parce que sans un traitement un peu original, un point de vue un peu différent, on risquait de retomber dans du déjà vu, déjà lu, déjà entendu.
Hélas, c’est précisément ce que j’ai ressenti. Je dirais pour être honnête que j’ai passé un bon moment de lecture (je l’ai lu en une soirée) comme j’aurais regardé un bon téléfilm. Point cardinal est un roman agréable à lire mais qui ne m’a rien appris de nouveau sur le sujet, j’ai même, il faut bien le dire, parfois eu le sentiment que toutes les scènes attendues étaient là, que chacune d’entre elles relevait du cliché au détriment parfois de toute vraisemblance.
Une vraie déception donc.
Ce à quoi je m’attendais de la part de Léonor de Récondo ? Une analyse plus fouillée de la conscience des personnages, ici trop archétypiques, trop caricaturaux. J’imagine aisément que vivre une telle situation entraîne immanquablement l’impression d’être littéralement écartelé entre la nécessité de vivre en accord avec soi-même et la violence, l’espèce de raz de marée familial que va assurément provoquer l’aveu de ce que l’on est réellement.
Une vraie tragédie, une tempête sous un crâne.
Mais de cela, il n’en est rien ou presque : le portrait qui nous est fait de Laurent laisse suggérer qu’il ira jusqu’au bout – et c’est ce qu’il fait – quels que soient les dommages collatéraux comme on dit : il en a besoin, c’est sa vie, il a attendu assez longtemps.
Mais son fils de seize ans est détruit, totalement anéanti et sans vouloir trop en raconter, il finira par quitter la maison pour aller en pension. Et Laurent (devenu Lauren) retourne au restaurant avec sa femme (comme avant), et Laurent (Lauren) s’achète de jolis vêtements (sans se cacher et avec le sourire complice et bienveillant de la vendeuse), et Laurent (Lauren) poursuit son petit bout de chemin. Il est heureux, enfin !
Mais quid de l’inquiétude de ce père pour son fils absent ? Quid du déchirement du père et du fils (je me sentirais bien incapable d’aller faire un brin de shopping, sachant mon gamin au trente-sixième dessous, prêt à n’importe quel geste insensé!) ? Et évidemment, quid de ce que devient le gamin ? Laurent dit à un moment qu’il est un père avant d’être une femme. Ah bon ! Peut-être. En tout cas, ça ne se voit pas. Ou pas assez. Dommage.
Bien involontairement je pense, l’auteur ne donne finalement pas une image très positive de ce Laurent essentiellement occupé de sa petite personne.
J’imagine que la réalité est beaucoup plus complexe, qu’un homme ou une femme transexuel(le) est avant tout père ou mère et que le devenir de l’enfant a une place centrale lorsque l’on se demande si c’est oui ou non le moment de se révéler.
Quant au fait de résoudre les problèmes en téléphonant à une radio pour raconter que son père est devenu une femme ou bien en écrivant un article pour le journal du collège comme le fait la fille de Laurent, cela ne me semble pas du tout crédible. C’est beau, ça fait très téléfilm bons sentiments/tout le monde s’aime/bonne nuit à tous/faites de beaux rêves mais rien de tout cela n’est plausible sauf au pays des Bisounours !
Non, je crois que le parcours des trans est beaucoup moins lisse, que les embûches sont hautes comme des montagnes et que le quotidien ressemble souvent à l’enfer : tout est silence, non-dit, torture morale, souffrance pur jus, détresse sans nom. Il suffit de lire ou d’écouter quelques témoignages : c’est du lourd. La jolie fin où tout le monde s’aime et tout le monde s’embrasse, non, je n’y crois pas. C’est sympa cet optimisme, ça fait chaud au coeur, ça rassure, on se dit que notre monde, il est beau, il est gentil mais est-ce la réalité ?
Car la vérité, je l’imagine aisément, est beaucoup plus sombre, beaucoup plus violente, elle porte le nom de deuil blanc, de honte, de culpabilité, de responsabilité, elle pose des questions d’identité, de repères et elle se heurte longuement voire à jamais à l’incompréhension, au désespoir voire à la haine avant que les choses ne s’apaisent (si elles s’apaisent un jour…) Bien sûr, il est question de tout cela dans le livre, je ne le nie pas, mais insuffisamment à mon sens ou de façon beaucoup trop superficielle : Laurent donne l’impression de surmonter finalement assez facilement tous les obstacles.
Par ailleurs, une autre question me taraude : la lingerie, le maquillage, les perruques, le parfum semblent tenir une place essentielle pour Laurent. Même si je sais que la transformation physique d’un trans est importante, je me demande si tout ce travestissement est nécessaire. Je m’interroge : est-on obligé de passer par là pour être femme ? La féminité se résume-t-elle à cela ? Finalement, suis-je femme moi qui ne porte ni talons hauts, ni soie, ni maquillage ? A-t-on besoin, pour se sentir femme, d’aimer danser en string rouge et en porte-jarretelles dans des boîtes de nuit ? Ou est-ce un cliché de plus ? (Et si c’était le cas, ce serait vraiment désolant!) Je me pose la question même si j’ai bien conscience que moi, en tant que femme, je n’ai précisément pas besoin de passer par ces symboles un peu outranciers. Mais, est-ce une nécessité pour un trans de passer par là ? Voilà le type de question que j’aurais aimé voir aborder dans le livre par exemple.
Évidemment, finir un roman sur une touche plus sombre, en s’inquiétant par exemple du devenir d’un adolescent dont on s’est plus ou moins débarrassé en le mettant en pension est moins léger, ça plombe un peu, c’est sûr, ça pèse même un peu lourd sur la conscience mais cela a au moins le mérite de poser les vraies questions sur un sujet que l’on connaît mal, ce qui permettrait éventuellement d’avoir un jour un point de vue plus juste et donc plus apaisé sur un thème encore tabou et sur lequel pèsent des clichés qui n’aident certainement pas à comprendre et donc à accepter. Et c’est bien dommage.

Retrouvez lucia-lilas sur son blog 

partagez cette critique
partage par email
 
coup de coeur

Lecourage d’être soi

Léonor de Récondo appartient à un type d’auteurs dont le suivi, d’un roman à l’autre, nous comble .Commencé avec Rêves oubliés, belle chronique d’une famille de réfugiés républicains espagnols tentant de maintenir le souvenir de l’autre côté des Pyrénées, continué avec Pietra Viva, pertinente interrogation sur la place de l’artiste dans la Cité, et enfin Amours, décrivant les tourments et déchirements d’une femme bourgeoise en proie à des sentiments déviants, Léonor de Récondo continue ce parcours par Point cardinal ,son dernier roman .Cette romancière nous avait séduits par la précision de son écriture, son style dépouillé , la nuance dans l’élaboration des portraits et la restitution de la vie psychologiques des personnages.

Autant dire d’emblée que nous retrouvons toutes ces qualités dans Point cardinal. Le décor c’est celui d’une petite ville, dans une région non située géographiquement .Laurent Duthillac est un bon père de famille, tout ce qu’on fait de plus classique en la matière. Il vit avec Solange, professeure des écoles, rencontrée dans l’adolescence et pour laquelle il éprouve depuis cette période, un vif amour .Ils ont deux enfants, Claire, âgée de treize ans, et Thomas, âgé de dix-neuf ans .Une famille on ne peut plus banale, un pur symbole du conservatisme social à ceci près que dès les premières lignes du roman, ce qui en rehausse immédiatement l’intérêt, Laurent se travestit dans un bar nommé le Zanzibar, où il y retrouve entre autres Cynthia, dans la même situation que lui . Cette situation pourrait durer, sans danger pour son couple et sa famille, mais lors d’un week-end prolongé durant lequel il se retrouve seul à la maison, il se travestit et laisse échapper par mégarde une mèche de cheveux blonds que son épouse découvre plus tard…
Le grand mérite de Léonor de Récondo est d’éviter le côté graveleux, racoleur vers lequel ce genre de récit peut basculer .Nous assistons fort heureusement à une tout autre exposition .C’est un coup de projecteur sur la formation de l’identité sexuelle d’un être humain qui est proposé ici, une illustration des souffrances engendrées par le doute sur cette identité, puis la certitude d’appartenir psychologiquement et psychiquement à un autre sexe…Ainsi, Laurent avoue-t-il à sa famille qu’il est une femme .La description du plaisir compulsif que prend Laurent à aller acheter des vêtements de lingerie féminine est révélatrice : «Il en achète trois, papiers, boîtes, emballages superflus, jetés dans la première poubelle. Il s’enferme dans les toilettes, se déshabille fébrilement( …) enfile la soie, remonte lentement la culotte le long de ses jambes, la plaque contre son ventre .La vague de plaisir submerge tout son corps .Une extase qui le transportant cœur battant n au centre se sa chair, en son point cardinal, là où Mathilda pousse un cri. »

D’autres passages du roman explicitent cette recherche d’une nouvelle identité sexuelle : des souvenirs d’enfance liés au caractère viril des sports d’équipe, la sensation de ne pas éprouver la « justesse du corps » Pourtant, Point cardinal est un témoignage sur le courage d’être soi, et pose la question de savoir jusqu’où peut aller la recherche d’une vérité personnelle. Dan s ce cas, cette démarche conduite Laurent, après consultation d’un psy, d’un médecin, après une confrontation avec ses collègues de travail sur sa nouvelle identité sexuelle, à devenir Lauren : « Et maintenant, Thomas et Claire qui jouent, se disputent, grandissent .Lauren les voit si clairement, dans les vagues, le jardin, sous le soleil, sous la pluie, chaque jour unique et changeant, chaque jour qui passe avec Mathilda, avec toutes celles du Zani .Lauren en pleine lumière. »

partagez cette critique
partage par email