Sergio Bizzio
Traduit de l'espagnol par André Gabastou
Christian Bourgois
février 2014
155 p.  12 €
ebook avec DRM 7,99 €
 
 
 
Florence Noiville

.
La critique invitée

Florence Noiville (Le Monde) aime Borgestein de Sergio Bizzio (Christian Bourgois)

 » Sergio Bizzio a inventé une espèce de poète, un Borges juif, mauvais, sans talent et complètement fou. Cet homme est suivi par un psychiatre, et celui-ci, à cause d’une parole malheureuse, provoque la fureur de Borgestein qui se met en tête de le tuer. Le romancier raconte la cavale du psy qui, pour échapper à son ancien patient, quitte Buenos Aires et se réfugie dans la montagne. Il en profite pour rompre avec sa femme, une actrice célèbre, et décide de tourner la page dans le but de recommencer à zéro. Mais tout cela va tourner au fiasco. La maison dans laquelle il s’est caché n’est pas comme il l’avait imaginée, Borgestein, qui entretemps s’est échappé de l’hôpital, le retrouve.. C’est un livre plein de considérations sur la folie et de questionnements tels que « comment réussir à se dépouiller de tout? » Bref, ce roman complètement loufoque m’a beaucoup séduite. »

Propos recueillis par Pascale Frey

 

 
 
partagez
partage par email

q u o i  l i r e ?
découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #94


Retour à la page d'accueil