Manu Larcenet
Dargaud
avril 2015
160 p.  22,50 €
ebook avec DRM 4,99 €
ebook avec DRM 9,99 €
 
 
 

Le critique invité

Julien Bisson (Lire) a aimé
« Le rapport de Brodeck » de Manu Larcenet chez Dargaud

«  Je suis Manu Larcenet depuis de nombreuses années.  Il a d’abord été marqué par son époque Fluide glacial, puis il a pris son indépendance, acquis de la maturité, et gagné en maîtrise et en noirceur. J’avais été bouleversé par «Blast», quatre tomes de 200 pages, une des plus grandes œuvres de la bande dessinée française et je me demandais, que peut-il faire après ça ? J’ai été très agréablement surpris par son nouvel album, l’adaptation en BD du «Rapport de Brodeck» de Philippe Claudel. Le roman raconte l’histoire d’un petit village marqué par une guerre qui n’est jamais nommée, mais que l’on suppose être la seconde guerre mondiale. Brodeck avait été envoyé dans un camp, mais le voici de retour chez lui. Il y a aussi un étranger qui débarque, et qui est tué par les habitants. Brodeck, qui a l’habitude de consigner les événements du village, doit écrire le rapport de cette mort alors qu’il n’en est en rien responsable.
Manu Larcenet s’empare de cette histoire avec un dessin charbonneux, dans un format à l’italienne qui rend à merveille la noirceur de l’histoire, la peur de l’homme face aux autres hommes. Il est l’auteur du dessin comme du scénario de ce premier tome. C’est magistral. La maîtrise graphique de son dessin est à la fois impitoyable et profondément humaine. Il fait également des clins d’œil à d’autres auteurs de BD comme Spiegelman et David B., auteur de «L’ascension du haut mal».

Propos recueillis par Pascale Frey

Lire les choix d’autres critiques invités

 
 
partagez
partage par email