Herman Melville
Gallimard
bibliotheque de
septembre 2006
1456 p.  61 €
ebook avec DRM 60 €
 
 
 

la droguerie de marine

librairie-droguerie-de-marineillustration de Brigitte Lanaud Levy

 

« J’ai une vie et dans ma vie il y a une librairie ».  Voilà ce que déclare, de but en blanc, le chaleureux et très direct Loïc Josse lorsqu’on lui demande de nous raconter l’histoire de « La Droguerie de Marine ».  Sa vie, c’est la mer. Ancien cadre dans l’industrie, il ne résiste pas à l’appel du large et la découverte des horizons lointains à la rencontre des autres. Aussi, quand il y a vingt-cinq ans, il décide de larguer les amarres d’une vie professionnelle toute tracée, ne connaissant rien à l’époque au marché du livre, il acquiert dans un premier temps la Droguerie de Marine en bas de chez lui où il s’approvisionne en produits d’entretien de bateaux. Situé dans un ancien entrepôt portuaire du quartier commerçant de Saint Servan, voilà un lieu magique construit de chêne et de granit, où Loïc Josse fait le pari de proposer une offre de livres sur la navigation, la mer, les voyages. Petit à petit, ce lieu insolite devient une librairie maritime de référence au niveau local, mais aussi international, tout en préservant son cœur de métier : la droguerie. La rencontre avec Michel Le Bris créateur du Festival Étonnants Voyageurs de Saint Malo, va être déterminante et plonger Loïc Josse dans le grand bain de la littérature, hors des sentiers battus germano-pratins . Puis en 2011, Isabelle Bossart qui a passé quinze ans chez Mollat à Bordeaux, rejoint la librairie pour développer avec succès l’offre généraliste. Le vent du succès ne cesse de souffler dans les voiles du navire de cet étonnant libraire–navigateur. En 2015 juste en face dans la même rue,  il ouvre la petite sœur de la Droguerie de Marine spécialisée en littérature jeunesse et bande dessinée qu’il baptise justement « La droguerie d’en face ». C’est accompagné d’Isabelle Bossart qu’il nous reçoit pour nous livrer leurs précieux conseils de lecture de l’automne.

Quel est le roman français de cette rentrée qui vous a particulièrement plu ?
Avec les romans de Laurent Mauvignier, on n’est jamais déçu. « Continuer » (Minuit),  son dernier livre, raconte un tête-à-tête  bouleversant entre une mère et son fils en Asie centrale. Pour sauver Samuel de ses mauvaises fréquentations, Sybille l’emmène pour un périple à dos de cheval au Kirghizistan qui le coupe ainsi de tous les repères nocifs pour lui. Cette errance dans une autre vie est poignante, les descriptions des montagnes et des chevaux sont de toute splendeur. Voilà un roman qui s’impose en cette rentrée comme une évidence.

Et du côté des étrangers, quel est votre coup de cœur ?
Incontestablement « Minnow » de James E. McTeer II (éditions du Sous-Sol), l’histoire d’un jeune garçon à la recherche d’un médicament  pour sauver son père mourant. Sa mère l’adresse à un médecin vaudou, le « docteur crow », qui lui donne une mission périlleuse en échange du remède miracle. Ce roman, c’est plein d’histoires dans une même histoire. C’est l’odyssée magique d’un Tom Sawyer au pays vaudou.`

Quel premier roman vous a marqués ?
« Avant que naisse la forêt » de Jérôme Chantreau, (Les Escales). Albert, la quarantaine hérite de sa mère une propriété en Mayenne dans laquelle il va retourner pour s’immerger dans le passé au cœur des hectares de forêt qui entourent la demeure familiale. Un livre tissé comme un canevas de souvenirs, porté par une écriture très sensuelle.

Quel aura été selon vous le grand livre de l’été 2016 ?
« En attendant Bojangles » de Olivier Bourdeaut. Un  livre qui a reçu un formidable accueil public et critique bien mérité. On peut le conseiller à tous.

Quel est le livre le plus emblématique de la librairie que vous défendez depuis toujours avec ferveur.
Nous aurions pu vous citer des œuvres de Conrad, Stevenson ou London. Mais il y en a un qui s’impose comme l’essence même de la littérature : « Moby Dick » de Herman Melville. Ce roman total est à la fois symbolique, métaphorique, biblique même. Nous vous recommandons la  nouvelle traduction de Philippe Jaworsky  dans la Pléiade qui est remarquable.

Une brève de librairie :
Le souvenir d’une aventure éditoriale qui a vu le jour sur notre stand du festival des Étonnants voyageurs en 2009. C’est la rencontre d’une consœur et amie, libraire de marine et de voyage : Michèle Polak , rue de l’Echaudé à Paris et d’Alain Dugand auteur de chez Fayard. Ils ont sympathisé autour de leurs passions pour les incunables, des livres de récits maritimes du XVIIe et XVIIIe siècles,  des planches de gravures extraordinaires de récits d’explorations sur les océans. Ils ont alors eu ensemble l’idée d’un beau livre et ont croisé, toujours sur notre stand, l’éditeur Lionel Hoëbeke  qui va concrétiser leurs vœux en publiant avec eux  en 2011 le merveilleux « Trésor des livres de mer de Christophe Colomb à Marin-Marie ».

Propos recueillis par Brigitte Lannaud Levy
Visiter d’autres librairies

Librairie Droguerie de Marine
66 rue Georges Clémenceau
35400 Saint-Malo
02 99 81 60 39

 
 
partagez
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil