Amy Liptrot
Globe
août 2018
336 p.  22 €
ebook avec DRM 15,99 €
 
 
 

l  a   c  r  i  t  i  q  u  e   i  n  v  i  t  é e    

Marie-Laure Delorme (Le JDD) a choisi
« L’Écart» de Amy Liptrot, traduit de l’anglais par Karine Reignier-Guerre paru chez Globe

« Il s’agit du récit autobiographique d’une jeune femme née dans les Orcades, un archipel situé au Nord de l’Ecosse. Elle y a grandi auprès de parents agriculteurs, aimants mais fragiles. Le père est maniaco-dépressif et souffre de graves crises, la mère s’est repliée dans la religion. A 18 ans, Amy décide d’aller travailler à Londres. Elle passe de fête en fête, se drogue de plus en plus, boit de plus en plus. Elle est quittée par l’homme qu’elle aime, perd son travail en même temps. Elle décide alors de s’inscrire aux Alcooliques Anonymes, où elle suit une cure intensive.

Ne trouvant toujours pas de travail, elle rentre aux Orcades, où elle va s’installer (provisoirement pense-t-elle) et trouver une mission : elle doit répertorier les oiseaux en voie d’extinction.

C’est un livre magnifique écrit dans un style ardent, métaphorique, romantique. On suit une trajectoire qui la conduit de l’excès à la sobriété, de la foule à la solitude.

Même si elle sait que sa guérison est fragile, elle va retrouver un sens à sa vie grâce à la nature. Elle n’accuse jamais sa famille de ce qui lui arrive, mais la seule explication qu’elle trouve à sa dérive est, qu’inconsciemment, elle recherchait dans ses excès les états de son père avec ses hauts et ses bas.

Enfin, ce livre est aussi un très beau portrait de femme. 

Propos recueillis par Pascale Frey
Lire les choix d’autres critiques invités

 

 

 

 

 
 
partagez
partage par email