Dominique Barbéris
arlea
la rencontre
septembre 2019
125 p.  17 €
 
 
 

l e   c  r  i  t  i  q  u  e   i  n  v  i  t  é 

Alexandre Fillon (Lire, Le Figaro) a choisi «Un dimanche à Ville d’Avray» de Dominique Barbéris, chez Arléa

Je suis ravi de voir l’accueil réservé au roman de Dominique Barbéris, ainsi que sa présence sur plusieurs listes de prix d’automnne. Je l’ai découverte avec « Les kangourous » -roman qui a donné ensuite un curieux film d’Anne Fontaine avec Isabelle Carré et Benoît Poolvorde – et la suis inlassablement depuis. Professeure à la Sorbonne, Dominique Barbéris a débuté jadis chez Arléa où elle retourne aujourd’hui après des années à « L’Arpenteur » ou sous la couverture blanche de Gallimard. On retrouve dans « Les dimanches de Ville d’Avray » tout ce qui fait sa singularité et son ton. L’oeuvre de Barbéris pourrait évoquer une rencontre entre Simenon et Modiano. Ses livres sont vaporeux, mystérieux et envoûtants. Quelque chose d’inquiétant semble toujours sur le point d’y éclater. Ici, une femme se rend un dimanche chez sa soeur qui habite une banlieue chic et apparemment sans soucis. A Ville d’Avray, toutes les maisons se ressemblent, tous le monde semble à l’abris des tracas. Peu à peu, la conversation vire à la confidence. Parfois, il arrive que des existences sur des rails manquent de déraper. Dominique Barbéris ne hausse jamais le ton. Son style est limpide. Du grand art. A.F

Retrouvez les conseils d’autres critiques invités > ici

 

 
 
partagez
partage par email

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97

Retour à la page d'accueil