La veuve des Van Gogh
Camilo Sanchez

traduit de l'espagnol par Fanchita Gonzalez Batlle
Liana Levi
litterature
mai 2017
153 p.  16 €
ebook avec DRM 6,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Héritière de génie

Voici un roman documenté captivant qui réhabilite une femme de l’ombre (et quelle ombre !), celle des frères Théo et Vincent Van Gogh, qui consacra sa vie à la postérité du peintre. La figure admirable et solaire de Johanna Van Gogh-Bonger a désormais son portrait.

Femme de l’ombre

Johanna Bonger n’est mariée à Théo Van Gogh que depuis quelques mois lorsque Vincent, son beau-frère, se suicide en juillet 1890. Impuissante, Johanna assiste à l’effondrement de Théo, et décrit dans son journal (dont des extraits passionnants sont retranscrits ici) la dépression dont il ne sortira pas. La situation devient à ce point critique que la jeune femme, qui est aussi mère d’un petit Vincent âgé de quelques mois seulement, décide qu’un changement d’air s’impose, et tous trois de quitter Paris qui bouillonne des luttes ouvrières et des mouvements féministes, pour aller s’installer chez la famille Bonger, aux Pays-Bas. Mais malgré les soins des médecins et l’amour de Johanna, Théo doit être interné. Atteint de paralysie et de démence, il meurt en janvier 1891, six mois après son frère.

Femme solaire

Veuve et mère à vingt-neuf ans, Johanna Van Gogh-Bonger hérite des centaines de tableaux et dessins du peintre, entassés dans l’appartement parisien de la rue Pigalle, ainsi que d’une correspondance de plus de 650 lettres écrites par Vincent à son frère cadet. Lorsqu’elle entreprend de lire ce trésor épistolaire, c’est avec amertume qu’elle réalise que « le véritable amour de Théo dans sa vie a été Van Gogh ». Mais Johanna dépasse sa jalousie ; intelligente, dotée d’un caractère indépendant et d’un solide bon sens, la jeune femme fait l’acquisition de la Villa Helma, en Hollande, qu’elle transforme en pension de famille et en musée, faisant rapatrier nombre des productions de l’artiste. Consciente du génie, de sa valeur artistique et marchande, elle s’emploie à faire rayonner une œuvre marquée au sceau de la folie, faisant jouer ses relations pour convaincre de son intérêt galeristes et conservateurs. La vie de celle qui fit connaître Van Gogh valait bien un roman !

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

Portrait de femme

Un roman parfaitement documenté et accompagné d’extraits du journal de l’épouse de Théo, Johanna Van Gogh-Bonger, femme discrète dont on connaît peu ou mal l’histoire et qui a pourtant joué un rôle considérable dans la renommée du peintre. Ce texte court se lit avec passion et permet de lever (en partie) le voile sur la relation des deux frères, relation puissante et compliquée, probablement à l’origine de l’oeuvre magistrale de Vincent.
Relation dans laquelle Johanna n’avait pas la place qu’elle méritait, mais sans rancune cette femme courageuse s’est attachée à faire connaître le talent de son beau-frère. Un portrait de femme magnifique.

partagez cette critique
partage par email