Les Mots des mères
Yvonne Knibiehler et Martine Sagaert

Bouquins
avril 2016
1216 p.  32 €
ebook avec DRM 19,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

La parole est aux mères !

Les mères n’ont jamais été muettes ! Deux historiennes, Yvonne Knibiehler et Martine Sagaert le prouvent en réunissant en un seul volume de 1000 pages « Les Mots des mères » depuis le 17e siècle jusqu’à nos jours. Si les mères ont longtemps été réduites au silence, laissant aux prêtres, aux philosophes, aux médecins, ou aux politiques, le soin de définir la maternité, elles en ont parlé entre elles et ont laissé des traces. En donnant de larges extraits de journaux intimes, de lettres de « conseils » aux enfants, de lettres d’abandon, de traités d’éducation, les deux historiennes montrent que les femmes ont pris très tôt la plume pour évoquer la relation qui les lie à leurs enfants. Au 19e siècle ce sont les romans qui traduisent ce que ressentent mères bourgeoises, mères paysannes, mères ouvrières, filles mères, « mauvaises » mères sur lesquelles on s’apitoie ou que l’on condamne. Après la première guerre mondiale, les femmes témoignent de leurs conditions et luttent par leurs écrits pour leur liberté de procréer. Arrive le baby-boom, et si on exalte encore et toujours « la mère au foyer », bien des filles d’Eve cherchent aussi à limiter leur fécondité pour pouvoir « travailler et augmenter leurs ressources ». Le grand tournant se produit dans les années 70 avec « la libération sexuelle », et ce qui est nouveau, avec la prolifération des moyens d’expression. Si les femmes disposent toujours pour exprimer leurs émotions, leurs idées, et leurs inquiétudes de livres ou de journaux féminins ou féministes, elles ont recours aussi aux films, aux photos, aux bandes dessinées, aux blogs et aux réseaux sociaux. « Les mots changent, l’essentiel demeure. Etre mère, être une bonne mère, serait-ce, aujourd’hui, plus difficile que jamais ? »

 

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil