La Page blanche
Pénélope Bagieu

Le Livre de Poche
mai 2013
208 p.  9,90 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Une page blanche en miroir

« La page blanche », c’est une peur que Boulet, le scénariste, et Pénélope Bagieu, la dessinatrice, ne doivent pas éprouver souvent. Ils seraient plutôt du genre très actifs! D’ailleurs « La page blanche » qu’ils racontent, ce n’est pas la panne d’inspiration, mais l’amnésie, totale, sans la moindre lueur, sans le plus petit souvenir qui surgirait. Imaginez-vous que vous vous réveilliez sur un banc: vous ne savez plus comment vous vous appelez, ce que vous faites comme boulot, quels sont vos amis, ni même où vous habitez. Angoissant non? En farfouillant dans son sac, une jeune femme devenue totalement amnésique découvre qu’elle s’appelle Eloise Pinson et habite rue de Nancy dans le 10e arrondissement de Paris. A partir là, comme une enquêtrice de sa propre vie, elle va récolter le plus d’indices possible pour tenter de retrouver qui elle est. En donnant le change avec ses collègues (qu’elle ne reconnaît pas), elle glane quelques renseignements; en prenant rendez-vous chez le médecin (qu’elle ne reconnaît pas), elle essaie d’en découvrir plus sur sa personnalité; en caressant son chat (qu’elle ne reconnaît pas), elle teste son amour des animaux. Cet album, bien plus profond qu’il n’y paraît, est aussi une belle réflexion sur l’identité. Et on aime beaucoup la fin!

partagez cette critique
partage par email