Le roman des Goscinny - naissance d'un Gaulois
Catel

grasset
documents franc
août 2019
341 p.  24 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Un drôle de Gaulois

Belle idée de raconter en bulles la vie de l’un des scénaristes les plus emblématiques de bande dessinée. L’idée est née de la complicité entre deux femmes : la romancière Anne Goscinny, fille de René, et Catel, talenteuse auteure de romans graphiques à qui l’on doit de belles réussites comme « Ainsi soit Benoîte Groult », « Kiki de Montparnasse », « Olympe de Gouges » ou « Joséphine Baker ». Que des femmes me direz-vous, alors que vient faire René Goscinny dans ce gynécée ? L’astuce se trouve dans la courroie de transmission, Anne Goscinny, qui a ouvert ses archives et sa mémoire à Catel.

L’ouvrage se divise en deux voix : celle d’Anne qui se souvient et s’adresse à son père, puis celle de René reconstituée à partir de documents radiophoniques et autres interviews. Le résultat se dévore comme… un Astérix. Ce premier volume débute sur une scène authentique et très romanesque. A dix-huit ans, Anne prend rendez-vous chez un cardiologue sous le nom de sa grand-mère. Il ne s’agit pas de n’importe quel médecin, mais de celui chez qui René Goscinny est mort en plein test d’effort. Elle fait croire au docteur qu’elle est venue se venger et le tuer. On plonge ensuite dans l’enfance et la jeunesse de Goscinny, sa passion depuis toujours pour le dessin et le désir de faire rire, les années de vaches maigres couronnées enfin de succès. Entretemps, il a rencontré les Michel Ange du crayon, meilleurs que lui estime-t-il. Alors il deviendra scénariste. Une décision judicieuse lorsqu’on contemple le résultat : Astérix, Lucky Luke, le Petit Nicolas… Tout cela et bien d’autres choses, nous le découvrons dans ce roman graphique qui est, comme son titre l’indique, une véritable saga, dont on attend la suite avec impatience.

partagez cette critique
partage par email