Vingt-huit bêtes : un chant d'amour
Marie NDiaye Dominique Zehrfuss

Gallimard
hors serie
novembre 2016
64 p.  18,50 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Bestiaire poétique

C’est un des livres les plus ravissants et les plus chics de cette fin d’année. Il y a encore peu de temps, la romancière Marie NDiaye et l’illustratrice Dominique Zehrfuss ne se connaissaient pas. Mais Dominique a envoyé ses dessins à Marie, Marie s’est sentie inspirée pour écrire un long poème. Ce fut simple, évident, et ce coup de foudre artistique et amical a donné naissance à ces « Vingt-huit bêtes : un chant d’amour ».

 

« Plus de courses naïves, je ne jouais plus à m’enfuir dans la forêt des plaisirs
Comme son œil des merveilles dont on le pare, ce sultan
On ne mangera pas ses grasses cuisses étoilées
Alors je te dis adieu, te fis boire un vin d’oubli très sûr »

morse

 

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil