Piranhas
Roberto Saviano

Gallimard
du monde entier
octobre 2018
368 p.  22 €
ebook avec DRM 15,99 €
 
 
 
 Les internautes l'ont lu
nuit blanche

Violent et addictif

L’incipit in medias res avertit le lecteur : rien ne lui sera épargné. La mafia mais la mafia vue par des adolescents qui aspirent à être craints et respectés. Qui sont prêts à tout. Les pages se tournent, se dévorent, en apnée malgré le rythme presque indolent… (plus d’infos sur Pamolico, blog de critiques)

partagez cette critique
partage par email
 

La ‘Ndranghetina : profiter et mourir

Roberto Saviano est ultra connu pour son premier livre, « Gomorra », succès mondial dans lequel il décortique la ‘Ndrangheta, la mafia napolitaine, qui a la mainmise sur l’économie locale. Il a ensuite publié « Extra pure » qui s’en prenait au trafic de drogue. Ces deux livres, dont je n’ai lu que le second, relèvent plus du reportage mais sont indéniablement parfaitement structurés et écrits comme des fictions.

« Piranhas » est le premier roman traduit en français (il en a publié trois en tout en Italie). Roberto Saviano s’empare toutefois d’une trame de fond véridique et de faits réels. On pourrait dire que Roberto Saviano s’attache à décrire ce qu’est la relève de la ‘Ndrangheta : les « paranzas » napolitaines. La paranza en italien est en premier lieu le chalut qui part à la pêche mais qui est devenue par la suite le surnom des groupes de camorristi qui pullulent à Naples.

Le chalutier que décrit Roberto Saviano part plutôt à la pêche à la petite friture : il s’agit ici de gamins qui grandissent dans l’ombre de parents miséreux, incapables de s’en sortir, sans avenir, ni pour eux ni pour les enfants. Alors ces gamins prennent en main leur propre destin en empruntant les chemins de la violence, des trafics et de la mafia.

A coup de guerre de territoires, de manigances avec les chefs en perte de vitesse, qui en prison, qui en résidence surveillée mais tous avec les mains plus ou moins liées, ces gamins vont prendre possession de la ville et mener la vie qu’ils ont fantasmée quelqu’en soient les règles et les issues envisageables. Peu importe finalement pour eux que la rue qu’ils choisissent soit une impasse, l’important n’est pas tant la fin de la route que les voies qu’ils prennent. Ou alors si la fin est importante c’est dans sa dimension dramatique et mortelle qu’elle l’est.

On sent que Roberto Saviano est ambivalent. Il aime et déteste à la fois ces gamins. Il les aime parce qu’il aime leur jeunesse et leur insouciance. Il les déteste parce qu’ils gâchent leur vie, leur potentiel. Là où le bât blesse, c’est qu’en tant que lecteur, on s’attache surtout aux défauts de ces gamins, aussi désoeuvrés soient-ils. On voudrait aimer les détester mais on en reste au rejet (en tout cas pour moi). Ces gamins n’inspirent aucune sympathie ni empathie. Vis-à-vis de leur situation peut-être mais pas sur leur personne. Roberto Saviano ne cherche d’ailleurs pas à provoquer un sentiment d’identification du lecteur envers ses jeunes héros, ce serait faire œuvre de perversion de son lectorat !

Ces enfants ne sont pas, ou à la marge, issus de familles mafieuses. Ils viennent d’une certaine bourgeoisie en totale perte de vitesse, qui s’effondre financièrement et moralement et qui a perdu leur respect. Cette absence de respect et donc de repères moraux, ils la retournent contre la mafia vieillissante qui n’appelle aucune considération de leur part. Seule existe leur soif d’argent, tout de suite. Ils savent que leur mode de vie ne peut se terminer que par une mort violente, ce qu’ils appellent de tous leurs vœux. Vivre jeune, mourir vite, disait le chanteur Renaud. Ce pourrait être la devise de ces gangs de bambins qui passent leur temps libre à aller à la salle de sport, à draguer, à jouer à la console ou à poster des selfies sur les réseaux sociaux.

En fait, ces gamins n’ont plus d’honneur !

Se concentrant sur ces adolescents, Roberto Saviano délaisse tout ce qui pourrait encadrer ces jeunes : la famille qui a perdu tout pouvoir sur eux, l’état qui se retrouve impuissant face à la criminalité mafieuse dans son ensemble ou le système éducatif qui voit bien le caractère hors norme de certains de ces jeunes mais est incapable de leur offrir les mêmes perspectives de vie (et de mort) que la vie de gangs.

Ceci posé, Roberto Saviano fait une fois de plus preuve d’un indéniable talent de conteur et mène sa barque et son lecteur là où il veut et comme il veut… jusqu’au pied de la statue du cavalier de Tolède.

partagez cette critique
partage par email
 
on n'aurait pas dû

Saviano tire à blanc

Connu et reconnu dans le monde entier depuis « Gomorra », son chef d’oeuvre, Roberto Saviano vit depuis surprotégé pour ne pas finir une balle, ou deux, dans la tête. Héros pour les uns, imposteur ou traître pour certains italiens, l’homme a bien commis avec son premier livre, devenu depuis une série à succès, un des plus implacable et féroce réquisitoire contre la criminalité organisée, fléau ancien, dopé par l’économie de marché et ses aléas. Il faudrait sans cesse saluer la performance de cet auteur, d’avoir au prix de sa liberté, donc d’une grande partie de sa vie, plonger tête la première, sans gants, dans les poubelles de son pays, de sa région, dans les dérives de ces pouvoirs qui alimentent la gangrène, soufflent sur les braises, ou, au mieux, laissent faire l’inadmissible.
Mais, parce qu’il peut y avoir un mais, dénoncer a ses limites, et dès le deuxième livre de Saviano, « Extra pure » elles apparaissaient : s’emparer de sujets graves et universels (la mafia, le crime organisé plus généralement, le trafic de drogue) est louable mais le risque est grand de tomber dans la pâle copie de ce qui a déjà été mille fois raconté, décrit, enjolivé parfois ou dramatisé à l’excès. Gomorra claquait comme un coup de trique sur une peau à vif, « Extra pure » sentait le martinet, tout juste, la gifle mal donné, qui claque peu, sinon ennuie.
Retour donc à Naples, avec « Piranhas » pour éclairer le phénomène dit des « baby gangs », ces bandes de jeunes adolescents qui se la jouent caïds, mais pour de vrai, et n’hésitent pas à menacer, racketter, sinon flinguer. Saviano rejoue à domicile, mais ça ne marche pas vraiment, ça ne marche plus. Parce que cette fois ci, on parle de « roman ». L’homme en sursis s’essaie à la fiction, ou se cache derrière, plutôt. Bien obligé. Sa volonté farouche de citer les « vrais noms » des mafieux dans son premier livre lui ayant coûté sa liberté de mouvement, il ne souhaitait pas en remettre une couche cette fois ci.
Fiction, donc. Mais son livre du coup n’a ni la force du roman noir, ni la précision du roman social. N’est pas Truman Capote qui veut. N’est pas Hubert Selby qui le souhaite. N’est pas James Ellroy…
Saviano se revendique de Sartre, Pasolini…oui, bon, pourquoi pas, mais le rapport entre les deux, entre les trois, où est-il?
Relater des faits nécessite de la précision, de la rigueur, une sorte d’obstination aussi, et de courage bien sûr. En inventer réclame de l’imagination. Saviano n’en a aucune, manifestement. Et comment en serait-il autrement? Quand votre vie, potentiellement, se joue chaque instant, quelle place peut prendre l’imagination, la création, la fantaisie?
L’homme semble figé dans un combat qui lui a apporté la célébrité, rien d’autre. Que de la peur.
Saviano n’est pas un romancier, et ses précédentes courtes oeuvres de fiction le montraient déjà. « Piranhas », du coup, même s’il n’est pas désagréable à lire, passe à côté de son sujet, l’effleure à peine, on a beau tourner les pages, au final, on ne voit rien, qu’un auteur qui rame.

partagez cette critique
partage par email