Une mère etc.
Isabelle Spaak, Florence Billet

iconoclaste
ic.verge
février 2019
190 p.  17 €
ebook avec DRM 12,99 €
 
 
 

je joue !

jusqu'au 31 mai 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

Recherche de la génitrice

Emmanuelle vit dans un milieu huppé bordelais, au milieu des vignes avec son frère et sa sœur. On se vouvoie, porte des jupes bleues Ses parents, cathos convaincus lui ont donné une très bonne éducation et vit comme un poisson dans l’eau entre Gonzague, Hugues et consorts. Pourtant, elle dénote au milieu des cheveux blonds des cousins.
«  Dans ma famille, ils sont grands, minces, cheveux blonds, yeux bleus. Je suis brune, petite, teint mat. Que voulez-vous savoir? Comment j’ai été adoptée? Si je l’ai toujours su? Si j’ai envie de retrouver ma mère?Non pas la moindre. Fin de l’histoire. »  »
Emmanuelle Véronique Hermeline, comme ses frère et sœur (des jumeaux) ont été adoptés. Elle le sait, ses parents lui en ont parlé, mais sans plus s’épancher et puis, elle voit les lèvres de maman épeler silencieusement le mot P.U.T.A.I.N. lorsqu’elle parle de sa génitrice.
La perte de son passeport va l’amener à connaître le nom de sa génitrice. Commence une quête qui devient quasi obsessionnelle. Elle va plusieurs fois en Colombie, dépense ses économie pour la retrouver, parcourt le pays, allant dans des quartiers plus que dangereux, oscillant entre espoir, désespoir, attentes, rejets.
Dans sa vie personnelle aussi, c’est un grand chamboulement. Difficile de faire ses recherches sans blesser ses parents, qu’elles aiment sincèrement.
« Papa et maman, je voudrais tant que vous mesuriez mon attachement, mon amour, ma reconnaissance ».
Pas facile de basculer de l’opulence à la misère, d’une mère plus que respectable à une mère prostituée, d’une mère aimante à une génitrice qui vous abandonnée, même si elle vous a allaité quelques semaines, du désintéressement à l’intérêt financier.
« La Colombie des années 1980, n’a pas économise son zèle pour accélérer l’expédition de se enfants à l’autre bout de la planète contre espèces sonnantes et trébuchantes. Un marché très lucratif ».
Pas facile d’accepter ,d’avoir été achetée comme une vulgaire marchandise ni de reconnaître que l’on a acheté son enfant.
« Dites, maman, vous avez payé pour m’adopter ? Ai-je demandé un jour. Non, rien payé, ma chérie, mais nous avons fait des dons aux œuvres catholiques qu se sont chargés des démarches.
Des dons  Ah oui ? »
Difficile en ces temps tempétueux de dire l’amour, la fierté qu’elle porte à sa mère
« Si je partage son empathie pour les fragilités de toute sorte, chiens perdus, chats abandonnés mais aussi personnages à la marge…, je ne veux pas être cette loupée du cœur, cette intermittente des sentiments. J’envie plus que tout la stabilité de maman, sa clémence, sa façon d’être là pour moi, toujours. Même quand je m’enfuis ou la maudis. »
Qui est la « vraie » mère ? Celle qui donne le jour ou celle qui vous donne amour, soin et éducation ? Isabelle Spaak, dans un livre où la délicatesse, la sincérité, le bonheur côtoient la souffrance, la misère, les non-dits, raconte le cheminement identitaire d’Emmanuelle, inspiré par la vie de Florence Billet
J’ai aimé ces contrastes . Un coup de cœur
Retrouvez Zazy sur son blog 

partagez cette critique
partage par email