Ceux d'en haut : Une saison chez les décideurs
Hervé Hamon

Seuil
avril 2013
270 p.  19 €
ebook avec DRM 13,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Ni vautours, ni pigeons

Hérvé Hamon aime mener des enquêtes. Il ne le fait pas comme un flic, mais comme un journaliste curieux, ouvert et attentif à ceux qu’il rencontre. Dans « Ceux d’en haut » il part à la recherche du pouvoir et même s’il rencontre des politiques –Juppé, Rocard et quelques maires de grandes villes- il se tourne essentiellement vers les patrons. Il veut savoir quel est le moteur et ce que ressentent ceux qui emploient et licencient, entreprennent, commandent. S’en suivent  des personnalités aussi différentes que Charles Kermarec, le patron de la librairie et de la maison d’édition Dialogues à Brest ou Jean Louis Beffa qui dirige Saint Gobain. Tous ces portraits sont vivants et bien écrits. J’avoue un faible pour la rencontre de l’auteur avec quatre femmes – Colette Lewiner, Anne Méaux, Nicole Notat et Mireille Proust- qui toutes ont connu des parcours hors du commun.

On pourrait reprocher à l’auteur de grands absents qui auraient sans doute eu des choses à dire sur le pouvoir ; on pense à Laurence Parisot qui a tout fait pour conserver la présidence du Medef ou à Henri Proglio qui aurait voulu cumuler la présidence d’EDF avec celle de Veolia et – tant qu’à faire ! – celle d’Areva. Les yeux plus gros que le ventre. Le pouvoir sans limite qui fait peur. Ceux-là, on ne les croise pas dans ce livre et c’est dommage.

L’auteur a interrogé des patrons très libres, sympathiques et honnêtes, qui ne sont pas obsédés par l’argent (du moins le disent-ils) et qui ont même le sens de l’intérêt général et de celui de leurs salariés. Cette galerie de « Ceux d’en haut » est intéressante, mais finalement qu’apprend-on ? Que les entrepreneurs ne sont pas des salauds, forcément des salauds ? L’auteur, ouvertement de gauche, semble surpris.  Un intellectuel de gauche, comme on disait après 68,  prend acte en 2013 que diriger une entreprise n’est pas, par principe, abominable. A droite, on dira qu’il était temps et à la gauche de la gauche on criera à la trahison.  On a l’habitude. Il reste que cet ouvrage dans lequel les patrons ne sont ni vautours ni pigeons devrait trouver sa place dans le débat (très français) sur la relation entre la gauche est les entrepreneurs.

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil