La gloire d'Inès
Philippe Delaroche

Stock
mars 2016
324 p.  19,50 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Eclats de vie

Inès avait 20 ans. Elle est morte dans l’escalier d’un immeuble parisien en tentant de fuir un incendie. C’était il y a 7 ans. Son père, journaliste, entame ce récit comme une enquête : des faits bruts, des témoignages. Pétri de littérature, il se replonge dans toutes les élégies à des enfants morts et se tourne, naturellement, vers ceux qui, à travers les âges, ont eu la douleur de perdre un fils ou une fille, de Shakespeare à Victor Hugo, de Gustav Mahler à David Grossman. A ce statut sans nom, Philippe Delaroche n’hésite pas à accoler celui de « parents orphelins ». Il traque les sens cachés derrière les apparences et en donne une interprétation, empreinte de sa foi. Il révèle ce qui le fait tenir « comme pour le jour où elle nous ferait la surprise d’une visite ». Plus loin, il confie : « J’espère que sa joie se saisira de moi. » Ce livre n’est pas un mausolée de mots et de papier. Il recompose, dans un kaléidoscope de souvenirs et d’évocations, le portrait d’Inès en éclats de vie.

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97


Retour à la page d'accueil