La panthère des neiges
Sylvain Tesson

Prix Renaudot 2019
Gallimard
Blanche
octobre 2019
167 p.  18 €
ebook avec DRM 12,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Tesson des neiges

Lorsque le photographe Vincent Munier lui propose de partir au Tibet pour tenter d’apercevoir la panthère des neiges qu’il poursuit depuis six ans, Sylvain Tesson qui ne résiste jamais à un voyage, surtout s’il y a de l’aventure à la clé, accepte immédiatement. Tout en sachant qu’il risque de jamais voir un poil de la bête qui a l’habitude de se faire désirer. Ils vont être quatre à partir, à guetter, à attendre, à espérer. Tout cela dans des conditions climatiques difficiles. C’est un récit sur la nature, sur la beauté, sur l’attente et aussi sur une belle amitié. Probablement l’un des plus beaux livres de cet automne 2019.

partagez cette critique
partage par email
 Les internautes l'ont lu

Tout vient à point

Tout vient à point à qui sait attendre et Tesson nous fait sa leçon, plus magistral que jamais, peut-être enfin gagné par la sérénité. Il a accompagné un ami photographe animalier sur les hauts plateaux tibétains, à la recherche des derniers spécimens de la panthère des neiges.
Il l’a vue et ce fut pour lui, nous dit-il, un choc. Une révélation. Une découverte non seulement de la beauté animale, mais aussi et peut-être surtout de la grandeur de l’attente.
« Comme dab » et peut-être plus encore que « dab », le livre est truffé d’aphorismes percutants par lesquels Tesson peut donner libre cours à sa misanthropie nostalgique, si souvent proche pour moi de la clairvoyance. Se mettre en retrait, observer, ça donne à penser et il sait faire, l’animal ! Il nous en met plein la tête de sa grande culture, un mélange de connaissances bluffant puisant avec discernement à la poésie, à la géologie, la sociologie, la littérature et la spiritualité, liste non limitative en vrac…
Et il nous donne, sans concession mais avec le beau style, sa dernière vision d’un monde en perdition, et de lui-même avec sincérité, semble-t-il.
Est-il sincère et pas mercantile ? C’est vraiment le noeud du problème !
Car en kérosène et autres nuisances, le prix de tant de sagesse est assez catastrophique, qu’il s’agisse de s’installer dans une cabane au bord du lac Baïkal pour y écluser quelques caisses de gnôle, de refaire en side-car la retraite napoléonienne, ou d’observer tout là-haut un photographe animalier d’exception…
Si donc il est sincère, son livre est aussi beau que poignant et l’homme mérite un coup de chapeau, en dépit de son bilan carbone.

partagez cette critique
partage par email
 

Je crois que cette fin d’année est placée pour moi sous le signe de l’affût. Non que je passe mes journées dans les cabanes en bois perchées dans les arbres qu’on voit par ici en forêt d’Andaines (et à mon avis, elles sont, hélas, plutôt destinées à cacher les chasseurs très actifs dans la région) mais parce qu’après le magnifique roman de Claudie Hunzinger : Les grands cerfs, me voilà partie au Tibet avec Tesson, un photographe animalier nommé Munier, Marie, sa compagne, et un philosophe, Léo de son prénom.
Bavarde comme je suis, je ne pense pas être une partenaire idéale pour l’affût. Et pour tout vous dire, Tesson ne devait pas l’être non plus ! En tout cas, il se présente un peu, dans cette expédition hors normes, et avec son sens de la dérision qui le caractérise, comme un « boulet » : en effet, il ne peut rien porter à cause d’une colonne vertébrale trop fragile, ne voit pas grand-chose et n’arrête pas de causer. Les trois autres lui répondent à peine d’ailleurs. Et notre Tesson philosophe, le Tao-tö-king en main, fait des bons mots, s’interroge, questionne et les heures passent. À moins trente degrés (moins dix à l’intérieur), il faut avoir des réserves intellectuelles hors normes pour survivre. Et attendre…
Alors, tout ce petit monde part se balader au Tibet, à 4000 mètres d’altitude afin d’observer … (roulements de tambour)… la panthère des neiges… Bon, allez, je spoile un peu : oui, ils la verront mais ils observeront aussi d’autres splendeurs : yacks, ânes sauvages, loups, antilopes, lynx, gypaètes, pikas… Et toutes ces bébêtes, eh bien, il vaut mieux les voir maintenant, car d’après les naturalistes les plus optimistes, la faune disparaît tellement vite qu’il n’en restera bientôt plus aucun spécimen. Quand je pense que chez nous…. à l’heure où je vous parle, les merles pullulent dans mon pommier, profitant des derniers fruits gorgés de sucre… Je crois que je ferais mieux de les admirer plutôt que d’avoir la tête baissée vers mon clavier. Il faudra que je relise La panthère des neiges pour acquérir plus de sagesse…
Revenons à nos aventuriers : le Munier n’est pas bavard, c’est un taiseux. Il voit tout, dit aux autres où tourner la tête, photographie, nomme ce qu’il voit dans son télescope (en latin de préférence), lui dont le rêve aurait été d’être invisible, à une époque où tout le monde veut se montrer (un sage, Munier !) D’ailleurs, on sent notre Tesson fasciné par cet homme qu’il nomme toujours par son nom de famille. Et c’est vrai qu’il est impressionnant, le Munier.
Son amie Marie l’admire tout autant. Quant à Léo, il écoute avec patience les analyses percutantes de notre Tesson national, y répond à demi-mot, s’il a le temps. Bref, pas de longs échanges, peu de discours direct.
Trente-huit courts chapitres se font l’écho des réflexions de Tesson : les bêtes sont pure beauté et nous passons sur cette terre sans rien voir parce qu’on ne sait plus regarder au-delà de notre nombril et de notre smartphone. (juste!) Notre agitation perpétuelle, notre recherche de divertissement (au sens pascalien du terme) nous coupent du monde, nous empêchent de voir, de penser, d’être : « Au « tout, tout de suite » de l’épilepsie moderne, s’opposait le « sans doute, rien, jamais » de l’affût. » Mieux vaut la philosophie orientale du non-agir, de la contemplation. En effet, huit heures d’affût permettent de se poser, d’admirer, d’aimer et pour Tesson, de faire le bilan de notre société moderne, génialement résumée en deux mots : « embouteillages et obésité », les deux étant plus ou moins liés d’ailleurs ! A cela s’ajoute la destruction aveugle et systématique (et consciente, ce qui fait de l’homme un être tragique) de tout ou à peu près tout ce qui nous entoure : terre, mer, faune, flore… etc, etc. On attend d’être « augmenté » pour être plus fort, plus tard, alors que la vie est maintenant, là, sous nos yeux. « Il est plus difficile de vénérer ce dont on jouit déjà que de rêvasser à décrocher les lunes. »
Certaines pages, très belles et très touchantes, sont consacrées à l’amie d’avant et à la mère que Tesson semble rechercher (et retrouver) dans les apparitions merveilleuses de la panthère.
Oui, ce texte est un délice : on y voyage, on y découvre la beauté et l’on y pense. Tesson est sans nul doute un voyageur, un poète et un homme d’esprit.
Son seul défaut peut-être (et pour l’affût seulement!) : il est bavard mais n’est-ce pas le fait des hommes de bonne compagnie ?

Pour accompagner ce livre et poursuivre la contemplation de ces lieux magiques et de cette faune fascinante, je vous conseille le FABULEUX livre de photos du non moins FABULEUX Munier, accompagné des textes poétiques de notre Tesson, pardon, de notre FABULEUX Tesson.
Certainement le plus beau des cadeaux pour Noël… (C’est clair pour tout le monde, hein, la famille???)

LIRE AU LIT le blog

partagez cette critique
partage par email