Pour l'amour des livres
Michel le Bris

grasset
litterature fra
janvier 2019
270 p.  19 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Littérature, je vous aime !

Tout passionné de lecture ne pourra qu’aimer ce récit, véritable déclaration d’amour de Michel Le Bris à la littérature, aux livres, expression de gratitude à tous ceux qui, depuis l’enfance, ont jalonné son chemin de livres : instituteurs, bibliothécaires, libraires, amis, auteurs… Voici une ode à la fiction comme vecteur de liberté, une « autobibliographie », si l’on ose le néologisme, tant la vie du créateur du festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo est indissociable de sa vie de lecteur et d’écrivain.

Là où les livres l’ont mené

Issu d’une famille pauvre du Nord-Finistère, Michel Le Bris se souvient du premier roman que sa mère lui a offert en récompense pour son entrée en sixième : il s’agissait de « La Guerre du feu » qui le marque à jamais par la puissance de son imaginaire. Il rend aussi grâce à son instituteur de lui avoir accordé le privilège d’écrire ses rédactions sans contrainte, et surtout de lui avoir ouvert sa bibliothèque personnelle, où l’enfant a puisé sans réserve, dévorant Malraux, Zola, Hugo qu’il déclame face à l’océan, sans tout comprendre, mais envoûté par la magie du Verbe. Cette passion dévorante est définitivement liée à « l’esprit d’enfance », c’est le fameux « Il était une fois » qui emporte le petit lecteur dans un monde inconnu, dans le royaume d’imagination propre au jeu. Michel Le Bris devient un explorateur insatiable, chaque livre étant une découverte, une aventure en soi : Conrad, Melville, London, Stevenson auquel il consacrera une partie de sa vie d’éditeur. Certains reconnaîtront ce sixième sens qui le conduit aux librairies des villes traversées, ainsi que le casse-tête du rangement de sa bibliothèque, monde de « l’ordre et du chaos », du classement, du trop-plein qui oblige à pousser les murs et à changer de place livres de travail, lus, pas encore lus… On a tous en nous quelque chose de Borges et de sa mythique bibliothèque de Babel !

Ce récit est un régal, la plume est alerte, agréable, le fond réjouissant, on voudrait noter des citations toutes les deux pages et lire tous les livres que nous conseille ce lecteur invétéré qui écrit avec tant de chaleur, ce passeur qui ajoute quelques titres à nos listes déjà longues !

 

partagez cette critique
partage par email