Ce que toujours veut dire
Lexa Hillyer

Gallimard Jeunesse
scripto jeune
septembre 2015
400 p.  16,50 €
ebook avec DRM 11,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Elles étaient inséparables, unies comme les cinq doigts de la main. Une amitié indéfectible, hors norme. Aujourd’hui, contre toute attente, Tali, Luce, Joy et Zoé ne se parlent plus. À 18 ans, elles se sont éloignées les unes des autres. « Votre passé reste toujours votre passé. Même si vous l’oubliez, lui se souvient de vous » : l’épigraphe de Sarah Dessen donne tout de suite le ton de ce roman haletant, qui ne se lâche pas si facilement, puisque l’auteur met l’accent sur l’attente et le suspense… en effet, ces quatre filles autrefois indivisibles, ont la possibilité d’une seconde chance : à l’occasion d’une soirée de retrouvaille, un passage dans le photomaton les renvoie à leur dernier été, celui de leurs quinze ans, le moment où tout a basculé. Elles vont alors vouloir tout reproduite, tout refaire, tout revivre… à l’identique. À la poursuite de leur passé perdu, ces héroïnes contemporaines étonneront le lecteur, qui ne se posera plus qu’une seule question : parviendront-elles à se retrouver, et à redevenir les amies qu’elles étaient ? Ou au contraire, ont-elles trop changé ? Avec passion, Lexa Hillyer nous entraîne dans le tourbillon des émotions adolescentes, où chacun se cherche, se découvre, se révèle. La fragilité de cet âge émeut, si bien que l’on ne peut que s’attacher à l’une ou l’autre des filles, et s’identifier à elles. Dans la veine de « Quatre filles et un jean », l’histoire nous permet, enfin, de nous interroger sur nos choix de vie, et sur les conséquences, parfois irrémédiables, qu’ils impliquent.
Ce titre fait partie de la sélection « Vive l’amitié »

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil