L'été des lucioles
Gilles Paris

Editions 84
janvier 2014
251 p.  7,50 €
ebook avec DRM 13,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

La magie des lucioles

Communément appelé ver luisant, le mot luciole est bien plus joli pour qualifier cet insecte mystérieux qui serait d’ailleurs, en voie d’extinction. Pourtant cet été là, à Roquebrune-Cap-Martin, où Victor passe ses vacances, c’est l’invasion. Cachées dans les feuilles, nichées dans l’herbe, elles pullulent, et du haut de la terrasse de sa chambre, le jeune garçon ne se lasse pas d’observer celles qu’il compare à des guirlandes lumineuses.
Dès les premières pages, le récit de Victor étonne par sa fraîcheur et sa maturité. Le jeune héros a deux mamans, un papa, une grande sœur, et une soif de savoir insatiable. Pourquoi son papa n’habite plus avec eux, et pourquoi refuse-t-il de les accompagner dans l’appartement de Cap-Martin, pourquoi sa maman dit de son papa qu’il n’est encore qu’un enfant, et enfin, pourquoi sa grande sœur Alicia ne pense qu’aux garçons… Tant de questions sans réponses et de souvenirs trop douloureux, que les adultes préfèrent prestement éluder. Alors Victor mène son enquête, et cherche à déterrer ces secrets de famille, enfouis bien trop profonds. Qu’on ne s’y trompe pas : c’est bien la magie qui est au rendez-vous sur le chemin des Douaniers, où l’enfant nous entraîne en courant. C’est là, dans cette nature indomptée, balayée par les vents et rongée par le sel de la Méditerranée, qu’il rencontre deux étranges jumeaux, Tom et Nathan. Accompagné de Gaspard, son ami d’enfance, et de Justine, sa « petite fée aux yeux verts et aux cheveux blonds », dont il est épris, Victor les suit au détour du sentier qui longe la mer jusqu’à Monaco. Les deux frères, surnommés « les corbeaux », les font entrer par effraction dans les riches et imposantes villas de la côte, dont ils connaissent les anecdotes par cœur.
Mais si tout était limpide il n’y aurait pas d’histoire, et rien ne passe comme prévu. Laissant à l’enfant le grand soin de raconter, Gilles Paris a bâti un conte sincère, un récit d’initiation au jeu de pistes étourdissant, sans jamais céder à la naïveté. Sous sa plume, les personnages, à la lucidité déconcertante, prennent des allures fantasques. Alors quittons un instant le raisonnable et le sérieux. Plongeons-nous avec délice dans le monde de l’enfance, cet univers poétique tellement plus ludique et tellement plus heureux, où la magie des lucioles fait doucement effet.
 

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

L’enfance ne se perd jamais

Victor est un petit garçon (pas tout à fait) comme les autres, en cela qu’on en rencontre plein comme lui : éveillé, curieux, intelligent, un papa et deux mamans, une grande sœur, une maison à Bourg-en-Bresse (celle où il vit avec sa maman, libraire, et sa nouvelle amie, Pilar, peintre), un pied-à-terre parisien (la cagibi que loue son papa, photographe désargenté et enfant attardé) et des vacances sur la Côte, grâce à un appartement dans une résidence hôtelière dont son papa a hérité de sa propre sœur mais où il refuse catégoriquement d’aller. Victor est aussi un petit garçon plus sensible et plus attentif aux autres que la normale.

Dans un roman empreint de tendresse, Gilles Paris nous invite à suivre un été bien particulier de Victor où, entre une baronne un peu décalée et des jumeaux un peu particuliers, il va découvrir le pouvoir de l’amour, sous toutes ses formes : l’amour protéiforme mais inconditionnel d’un enfant pour ses parents (que ce soit le sien ou celui de sa sœur pour leur mère et leur père), l’amour d’un petit garçon pour une petite fille, l’amour « adulescent » de sa sœur et ses aventures estivales, l’amour inextinguible des parents pour leurs enfants. C’est ce dernier qui vient couronner ce livre, en point d’orgue, en apothéose finale. C’est cet amour qui transfigurera en quelque sorte et Victor et son père.

Entre temps, Victor aura donc ouvert son cœur en grand pour y accueillir tout ce qui va lui arriver pendant ces vacances qui resteront à jamais dans sa mémoire. Ce sont cette ouverture et cette curiosité qui permettent à Victor de recevoir, d’assimiler et de comprendre tout ce qui lui arrive cet été là.

Les lucioles sont par définition éphémères. Au-delà du symbole de la lumière qui éclaire un chemin, elles représentent également la fugacité de la vie mais aussi et surtout la très grande différence entre l’homme et l’enfant : s’il faut pouvoir conserver le plus longtemps possible en soi une trace de son âme d’enfant, le passage à la vie d’adulte implique un changement radical, un renoncement à la plus grande part de cette âme pour laisser la place à l’adulte, à sa façon de penser diamétralement opposée à celle d’un enfant, à sa manière d’être fondamentalement différente de celle d’un enfant. Dans le cas du père de Victor, un traumatisme a bloqué ce processus et cet été sera l’occasion pour ce celui-ci, avec l’aide de son fils, d’enfin réparer cette absence de renoncement et de retrouver sa vraie place, de quitter son costume de Peter Pan pour celui de père.

En parlant à travers la bouche d’un enfant, Gilles Paris s’ouvre facilement de nombreuses portes. Mais au-delà de ces facilités qu’il s’offre, Gilles Paris les exploite parfaitement, sans sombrer dans le mélodramatique pour nous offrir une sorte de fable sur le changement car aucun des protagonistes ne sortira indemne de cet été orageux : ni Victor ni son père, bien entendu, pas plus qu’Alicia, la grande sœur au cœur tout mou qui rêve du grand amour mais ne vit que des amourettes, la baronne qui fera en quelque sorte le deuil de ses enfants, la mère de Victor et Pilar…

Pour en revenir à l’infantilisation du style du livre, en dehors du langage propre aux enfants, cet âge doré est encore celui des pensées brutes, directes que les œillères de l’âge adulte, appelez cela les barrières de la morale si vous le souhaitez (une morale auto-assimilée par toute adolescent qui souhaite entrer dans le monde adulte), empêchent cruellement d’avoir. Il n’y a rien de plus beau que les pensées d’un enfant qui sautent d’idées en idées, d’association d’idées en association d’idées, sans notion de barrières ou de freins moraux. J’ai dit un jour à mon fils, alors qu’il avait entre 2 et 3 ans, que je « rêverai d’être dans sa tête parce qu’il s’y passe des trucs fantastiques ». Il a aujourd’hui 7 ans 1/2 et je le pense encore.

partagez cette critique
partage par email
 
coup de coeur

De belles vacances !

Je m’appelle Victor, j’ai 9 ans. Je vis avec mes deux mamans, la vraie bien sûr et Pilar. Papa ne vit pas avec nous, c’est compliqué les histoires d’adultes !
Et puis il y a ma sœur Alicia, elle a 14 ans et elle cherche le grand amour !
Moi, mon grand amour c’est Justine, elle est si belle avec ses grands yeux verts et ses cheveux blonds comme les blés, « quand elle m’embrasse sur la joue, mon cœur change de place ».
Cet été je me suis fait des copains, Gaspard que j’ai rencontré en descendant la poubelle, oui parce qu’il y a bien trois femmes à la maison mais la poubelle c’est pour les hommes !…Il y a aussi les jumeaux Nathan et Tom, ensemble nous partageons de belles aventures.
Ah, j’allais oublier de vous dire : j’écris un roman ! Et quand je serai grand j’aimerais y mettre de la poésie et de la tendresse avec des mots comme ceux de Gilles Paris qui sait faire parler les enfants en bouleversant le cœur des adultes…
Il est fort Gilles Paris, il a même fait « l’autobiographie d’une courgette » et je crois qu’il connait même « le pays des kangourous ».
Trop fort, je vous dis !

partagez cette critique
partage par email