L'aube sera grandiose
Anne-Laure Bondoux

Gallimard Jeunesse
romans ado
septembre 2017
304 p.  14,90 €
ebook avec DRM 10,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Au fil de la nuit

Si le critère d’un excellent livre de littérature jeunesse est de s’adresser aux adolescents autant qu’aux adultes, alors le roman d’Anne-Laure Bondoux, en plus de mériter le Prix Vendredi*, est digne de l’excellence. Un roman soigneusement achevé, qui a eu le temps de mûrir –deux ans- et à travers les lignes duquel on parvient même à ressentir le plaisir immense de l’auteur en écrivant. Et « L’aube sera grandiose » porte très bien son nom : en plus d’évoquer la longue nuit de confidences d’une mère à sa propre fille, il encourage le lecteur à ne pas en perdre une miette, quitte à passer une nuit blanche, jusqu’à l’aube, justement… Puisqu’une fois commencé, on n’a plus qu’une envie : le finir, pour comprendre. Comprendre ce qui a poussé Titania, un soir d’hiver, à embarquer sa fille Nine dans un long périple qui les conduit à une cabane isolée au bord d’un lac. Comprendre l’incroyable roman familial, le récit d’une mère célibataire digne d’une épopée, tant les secrets qu’elle dévoile bouleversent et enchantent à la fois.

Depuis les années 1970 jusqu’à aujourd’hui, Titania déroule le fil de sa propre vie. Elle se revoit petite fille, et face à elle, Nine, 16 ans, encaisse et réagit, à l’écoute du récit de ses origines. Mais plus fascinée qu’en colère, elle ne peut qu’accueillir ces souvenirs verrouillés depuis trop longtemps, peuplés de personnages fantasques – la mère, Rose-Aimée, les frères jumeaux, Octo et Orion, Jean-Ba, l’un des nombreux amants qui a, pour un temps, servi de père aux enfants… – personnages à qui elle est aussi reliée, inévitablement. En l’espace d’une longue nuit, la complicité entre Titania et Nine est exacerbée, révélant la volonté de transmission d’un héritage culturel, social et familial, d’une génération à une autre. Et c’est en mettant en lumière des souvenirs personnels des années 1980 que la romancière parvient à susciter la curiosité du lecteur adulte… quitte à ce qu’il dévore, lui aussi, ce très grand roman, à l’écriture fluide et au suspens palpitant.

* Nommé en référence à Vendredi ou la vie sauvage, de Michel Tournier, le prix a pour objectif de « mettre en valeur la richesse et la créativité de la littérature pour la jeunesse française contemporaine ».

partagez cette critique
partage par email

j e u - c o n c o u r s


je joue !