Le monde de Lucrèce, 3
Anne Goscinny/Catel

Gallimard jeunesse
mars 2019
192 p.  12,50 €
ebook avec DRM 8,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Dur dur d’être une adolescente

Le troisième tome des aventures de Lucrèce s’ouvre sur une pensée de l’héroïne, un matin : la jeune fille se réveille et ne voit plus sa chambre du même œil. Le couvre-lit rose, le petit bureau, les peluches… Elle souhaite balayer tout ce qui lui remémore qu’elle n’est plus une fillette. Ayant assez rappelé à sa famille qu’elle était désormais une adolescente, elle ne sait pas comment annoncer à sa mère – qui travaille beaucoup, surtout le soir, plongée dans ses dossiers puisqu’elle est avocate – son désir de changement. Comme dans de nombreuses situations, Lucrèce se confie à sa grand-mère, Scarlett, et c’est cette dernière qui soufflera la solution… Rendre visite à la jeune fille dans sa chambre, et lui proposer de tout refaire pendant les vacances. Surprise ! Entre-temps, Lucrèce a réfléchi, et elle veut rester une enfant, enfin, encore un petit moment…

« Le monde de Lucrèce » est d’abord une rencontre : celle d’Anne Goscinny et de Catel, qui, à travers Lucrèce, s’expriment sur le parcours et le quotidien d’une adolescente, sur ses problèmes, ses souffrances, mais aussi et surtout, sur le plaisir de n’être pas encore responsable, de s’épanouir, de chercher son identité. Et l’ensemble du roman se poursuit avec avidité, à l’instar de ce premier chapitre. La jeune élève de sixième est spontanée, naïve, parfois révoltée, mais toujours bienveillante et à l’écoute des autres ; elle finit toujours par faire le premier pas, par se remettre en question, surtout en ce qui concerne les adultes. Évoluant dans une famille recomposée, Lucrèce incarne l’adolescente du 21èmesiècle, avec ses rêves et ses envies, contrariée par les décisions des plus grands, eux qui lui apparaissent souvent « loufoques ».

Dans ce troisième tome, le jeune lecteur passe du temps en cours de français, dirigé par M. Rimbaud : en effet, le professeur propose d’abord à la classe un stage d’observation d’une journée, puis évoque la possibilité d’ouvrir un club-théâtre, dans le bâtiment du lycée. L’héroïne, qui est déléguée, assiste à son premier conseil de classe et observe les professeurs, beaucoup plus détendus qu’à l’ordinaire, s’étonnant de leur insouciance et de leur désinvolture. C’est, semble-t-il, les adolescents qui sont plus sages et plus raisonnables que les adultes eux-mêmes… Un troisième tome donc, qui loin d’essouffler le récit de Lucrèce, donnera envie au jeune lecteur d’attendre la suite avec impatience.

 

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil