Mauve
Desplechin Marie

Ecole des loisirs
neuf poche
septembre 2014
204 p.  8,70 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Quand l’école fait mal

C’est depuis l’arrivée au collège de « Mauve » que les ennuis ont commencé. Depuis la venue inopinée de cette fillette très blonde, à l’allure de robot. C’est elle qui a tout fait basculer, Verte et Pome en mettraient leur main à couper. Elle qui les met étrangement mal à l’aise, elle qui semble avoir monté tout le monde contre Verte et Pome. Elle qui a formé un cercle d’admirateurs, devenus agressifs et méchants. D’ailleurs, les claquements de portes à la maison, le mutisme, les larmes, et surtout le bleu de Pome, tout les trahit. Oui mais voilà : difficile d’avouer qu’on se sent harcelée… C’est Ray, le grand-père de Verte, qui les pousse à se confier. « On lui met des petits mots horribles dans sa trousse ou son cartable, on insulte sa mère, on rit derrière elle, et on fait des bruits d’animaux quand elle passe. » Pauvre Pome. Une fois, même, on lui a jeté des pierres. Ni une, ni deux, Ray appelle le principal du collège et même la police. Mais personne ne le croit. Tous rejettent la faute sur les deux inséparables fillettes…

Avec ce troisième tome*, Marie Desplechin conclut une trilogie réussie et aborde, de façon toujours très originale, un sujet actuel et grave : le harcèlement scolaire. Dans l’univers de l’auteur, il y a les gens dits « normaux », et il y a les autres, les sorcières. Verte et Pome savent bien qu’elles peuvent compter sur l’aide de leurs mères et de leur grand-mère. Inquiètes pour leur progéniture, angoissées face à ce qui se prépare, elles sont soudées, mais aussi terriblement désorganisées : sorts de désenvoûtement, plongée dans l’au-delà, dialogue avec les morts ; ensemble, elles tentent d’échafauder un plan. Mais quand les adultes veulent arranger les choses, ils font parfois pire que mieux… Verte se lance alors, seule, à l’assaut des ennemis, et pas n’importe lesquels : les forces des Ténèbres, le Mal en personne.

Si Verte et Pome ont un peu grandi, elles restent ces héroïnes tendres et attachantes, aux personnalités bien différentes : quand Pome ne fait que pleurer, Verte prend son courage à deux mains pour tous les sauver. Dans ce roman à plusieurs voix, où se frôlent extraordinaire et réalité contemporaine, Marie Desplechin fait vivre ses personnages, transforme le quotidien en merveilleux, nous amuse -assis dans le métro bondé, on réprime souvent une furieuse envie de rire- mais met surtout le doigt sur ce qui touche les adolescents. Sa plume avertie et piquante nous fait réfléchir, prendre conscience, pour relativiser et mieux agir, probablement.

*« Mauve » est la suite de « Verte » et « Pome » de Marie Desplechin, parus en 2007 et 2008 à l’Ecole des Loisirs.

 

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil