Une preuve d'amour
Valentine Goby

Thierry Magnier Editions
janvier 2017
96 p.  9,90 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

En quête de la mère

Tout commence par un débat au sujet d’un autre roman, « Les Misérables » de Victor Hugo. Le professeur de français pose la question à sa classe : « Fantine est-elle une mauvaise mère ? » Pour beaucoup oui, puisqu’elle a abandonné Cosette en la confiant aux Thénardier. Tous semblent se liguer contre Fantine : « elle aurait mieux fait de ne pas naître, Cosette », « abandonner son enfant c’est dégueulasse ». Tous, sauf Abdou : pour celui que l’on n’entend jamais, cet acte est une véritable preuve d’amour. Mais après avoir pris la parole pour la première fois, il se lève et s’en va, ce qui inquiète terriblement Sonia. La jeune fille finit par le retrouver quelques jours plus tard. Il ne va plus au collège : il cherche sa mère.

Petit à petit Abdou se confie à Sonia. Il lui raconte son arrivée en France avec Mariama, sa maman, leur errance en ville, à Berck sur mer, et puis sa disparition après avoir laissé Abdou dans un commissariat, puis un foyer. Patiemment, l’héroïne écoute, compréhensive, sensible à son histoire, ayant elle-même perdu sa mère alors qu’elle n’était qu’une enfant. A l’aide de son père, qui l’élève seule, les deux adolescents vont mener l’enquête pour tenter de retrouver Mariama. Leurs recherches les mèneront jusqu’à Calais, à la frontière entre la France et la Grande-Bretagne.

Il y a des auteurs spécialisés en littérature jeunesse ; d’autres qui écrivent, avec en tête, le lecteur adulte. Valentine Goby excelle dans les deux. Elle parvient à écrire pour les adolescents, en trouvant un juste milieu, entre la fiction et le réel, en ne sombrant jamais dans le pathos ou le tragique. Et c’est dans un contexte de migration clandestine, que l’auteure a fait le choix de la fiction : en partant des « Misérables », fil rouge durant toute la lecture, elle campe des personnages vraisemblables et attachants. Le récit pose des questions essentielles et terribles – abandonner son enfant, est-ce une preuve d’amour ? – mais toujours avec optimisme, exaltation, espoir. Le récit de ces trois personnages, liés par l’amour et l’amitié, qui se lancent corps et âme dans une quête, bouleverse. Intéressant au point de vue pédagogique, il peut être lu en classe de quatrième, à travers la thématique « Se chercher, se construire : dire l’amour ».

Note : Une première version de ce texte a été publiée en 2013, dans la collection « Le feuilleton des Incos ».

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil