Attrapoèmes: Farces et Attrapoèmes
Pef

Gallimard Jeunesse

44 p.  13,50 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Piégés par les mots de Pef!

La semaine dernière, la 18ème édition du Printemps des poètes avait encore une fois vocation à sensibiliser à la langue poétique. Créée en 1999, cette manifestation vise aussi à faire découvrir la poésie aux enfants, genre littéraire souvent méconnu des jeunes lecteurs… Ainsi, après « Petit éloge de la lecture », c’est avec plaisir et précision que Pef met la poésie à l’honneur : dans la nouvelle édition de « Farces et attrapoèmes », album à destination des enfants de six à neuf ans, il manie la langue avec délice, joue avec les mots, les tourne et les retourne, les tord et les retord. Dans cet album, on vous l’accorde, un peu fou, Pef suit les saisons : de janvier jusqu’à décembre, il prend le lecteur, amusé et ahuri, par la main. Les lettres colorées s’animent et se transforment en dessins, les mots, en marge du dictionnaire, s’allient pour former des termes bien souvent farfelus : l’automobile est une « automobrille », la température, une « tempêterature »… Pef ne craint pas les associations loufoques. Entre langage et peinture, les calligrammes lui donnent la possibilité d’explorer les subtilités de la langue française, la polysémie des noms, et c’est à la manière d’un Raymond Queneau qu’il s’engage corps et âme en faveur d’un langage humoristique et décalé. Déstabilisante au départ, la magie de la poésie opère très vite : l’enfant comme l’adulte d’ailleurs, tombent dans le monstrueux mais merveilleux piège des mots. Pef, le grand enfant, s’amuse évidemment.

Pour les lecteurs de 6 à 9 ans

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 22 septembre 2019

retour à la page d'accueil

 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

10 raison d’ajouter Attrapoèmes à sa bibliothèque

Découvert en mars 2016 à la Librairie Jeunesse Plume et Fabulettes à ANCENIS (44), Attrapoèmes était lors de cette soirée présenté par PEF lui-même en avant première : ses textes lus à voix haute par ce grand monsieur plein d’humour et de talent ne pouvaient que donner envie d’en savoir plus ! 1. ATTRAPOEMES : un défi pour lire (ou apprendre !) un poème par mois le livre découpe l’année selon des doubles pages, en nous offrant pour chaque mois un petit mot rigolo ou carrément une énigme annonçant un, ou deux, ou trois poèmes ! 2. ATTRAPOEMES est un livre d’images La poésie n’est pas forcément là où on l’attend. Attrapoèmes en est la preuve : un mélange de « Poémots, poésimages et prosésie » ! (Pef) 3. ATTRAPOEMES se moque des parents Oui, Attrapoèmes est totalement irréverencieux envers les grandes personnes, et en particulier les parents dont les textes épinglent les travers bien gentiment ! Et ça, les bambins adorent évidemment ! 4. ATTRAPOEMES défend les animaux « Les voitures écrasent les hérissons, les camions écrasent les voitures… » et après ? Vous saurez tout à la page du mois de juin ! 5. ATTRAPOEMES écorne la société de consommation La nourriture industrielle, mais aussi la pollution des plages (« Mégot doré, le soleil fait un trou dans le ciel… ») et la pollution tout court (« Quand je pense, pense le chat, à tout ce charbon, à tout ce pétrole, à tout ce gaz, à tout ce mazout… »), même le pire peut être source de poésie avec Pef ! 6. ATTRAPOEMES apprend à compter Au détour des mots, le jeune lecteur découvrira des nombres en nombre : Une déclaration d’amour ou s’entrelacent les coeurs et les chiffres, une comptine qui rime en doigts et en dois et en ouah, un apprentissage de l’anatomie-géographie (« Un os iliaque à Loudéaque, mes deux poignets à Pithiviets, quatre vertèbres à Saint-Nazèbre, et mon chignon à Saint-Chamon »), toutes les occasions improbables sont bonnes pour mêler les chiffres et les lettres ! 7. ATTRAPOEMES parle de choses sérieuses Au fil des pages, PEF nous promène à travers des thèmes à priori plus sérieux : * la musique classique (« Mère puis-je jouer du piano ? Naturellement petit Wolf (…) ») * la guerre * le temps qui passe * la métaphysique 8. ATTRAPOEMES invente des nouveaux motordus : Quelques leçons de « géoravie » (« un pouce à Toulouce, à Lil mon sourcil et mon dos à Bordos »), des verbes qui se transforment en images quand on les prononce (« ces chiens qui font abroyer le silence » – « entre midi et mon goûter, le papillon ne vole pas : il s’éventaille »), des mots rigolos très imagés (« novembrumé se soigne à coups de cachés près de la cheminée » – « ma brave automobrille, que t’arrive-t-il ? ») 9. ATTRAPOEMES pose des questions existentielles « Chère vache, comment nommer les iles noires qui archipèlent votre peau ? » ou encore : comment le grand vent apprend au petit vent à siffler et aussi : comment un machine à écrire, même bègue, fait de la poésie et surtout : comment le Capt’tain Steamer vide-t-il sa baignoire ? 10. ATTRAPOEMES fait l’apologie de la pomme de terre sans une incroyable double-page, née – comme l’a expliqué PEF, d’une page d’un vieux dictionnaire – met en miroir une planche illustrée de variétés de pommes de terre, et l’étonnante histoire du « beau Victor Great Scot d’Early Rose et Dédora, géante bleue d’Erlingen, [qui] causaient Saucisse et Industrie » ! Le talent créatif de PEF est bien la preuve que la poésie et partout, et surtout là où on ne l’attend pas !

partagez cette critique
partage par email