Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis
luis Sepulveda

Illustrations de Joeële Jolivet - trad. Bertille Hausberg
Mtailie
suites
octobre 2015
79 p.  7 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

le chat et la souris

On lit le titre, et on a déjà l’impression que tout est dit… Détrompez-vous. Ce livre n’est pas une simple histoire d’amitié entre un chat et une souris. Et avec Luis Sepulveda, on peut s’attendre à tout. C’est ainsi que l’auteur chilien nous raconte d’abord la fabuleuse amitié de Max et Mix, un petit garçon et un chat, qui s’entendent à merveille. Dès le début, l’auteur montre à quel point leur relation peut être puissante, voire exceptionnelle, et à quel point l’on peut s’entraider et veiller tendrement l’un sur l’autre. Peu à peu, les deux amis grandissent, inévitablement. Max devient un homme, et quant à Mix, il vieillit et devient un « vieux chat ». Lorsque le jeune homme prend son envol et son indépendance, il emporte avec lui son animal de compagnie adoré, ce dernier prenant un malin plaisir à explorer les toits… jusqu’au jour où Max apprend la terrible nouvelle : le bel animal au profil grec est devenu soudainement aveugle. Une nouvelle vie commence alors pour les deux amis : Max soutient et aide son ami, tandis que l’ouïe de Mix se développe progressivement. Bientôt, le chat peut rester seul, et vivre comme les autres. Mais un jour, alors que son maître est sorti, il attrape une souris et se met à la questionner pour savoir qui elle est. Une souris du Mexique, la souris de la bibliothèque, que Mix entend chaque fois qu’elle en descend et va chercher à manger. Le minuscule animal s’avère très bavarde, très gourmande, et même particulièrement amusante. Paradoxalement, les deux voisins s’apprivoisent. Entre le sage félin et la souris facétieuse, s’installe une vraie complicité. Une amitié déconcertante, mais bientôt indestructible, naît sous les toits de Munich.

Qui mieux qu’un amoureux des chats pourrait écrire un aussi beau livre dédié à cet animal mystérieux ? Luis Sepulveda a toujours aimé ces bêtes. Une fois encore, il met en scène des animaux, en nous racontant une fable en apparence anodine, divertissante, mais qui se révèle extrêmement riche d’enseignement. Sur un ton subtil et un peu décalé, il nous livre ses propres réflexions sur l’aveuglement, la découverte de l’autre, et la tolérance. Chaque chapitre, qui correspond à une aventure des deux héros, se clôt sur une petite morale en rapport avec le thème de l’amitié, sublimée par les illustrations de Joëlle Jolivet. « Quand les amis s’unissent, ils ne peuvent pas être vaincus » : c’est l’une des leçons de vie qu’offre ce roman plein de tendresse et de poésie, qui fera forcément déborder d’émotion les cœurs des tous jeunes lecteurs.

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97


Retour à la page d'accueil