Il était deux fois
Cyril Romettino, Bruno Robert

Ricochet

36 p.  16,50 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu
coup de coeur

Une histoire d’amitié…

Depuis ce vendredi 13 novembre, cette petite phrase lancinante résonne dans ma tête : « Après la pluie vient le beau temps ». C’est d’autant plus vrai qu’après ce noir total, chacun de nous a besoin de lumière. Alors, voici un album jeunesse optimiste et riant, lumineux et insouciant. Qui fait du bien, qui fait chaud au cœur, qui nous fait rire, et c’est tant mieux. Parce qu’à la barbarie et l’atroce violence, on répond par la culture, l’éducation et l’amour des livres. Par le rêve et l’imagination…

Il était donc une fois un canard et une autruche. Bien entendu, le canard n’a jamais vu d’autruche ; ni l’autruche, de canard. Pourtant, un beau jour, en se questionnant tous deux sur la source de la rivière – « Mais d’où toute cette eau peut-elle bien venir ? »-ils finissent par se retrouver nez à nez. Effrayés, paniqués, leurs poils se hérissent, leurs dents crissent… mais c’est après avoir réglé un « détail » -l’un ne mange pas l’autre, et vice versa- qu’ils parviennent à surmonter leur peur et à se parler. Ils en viennent même à discuter, prenant conscience du point commun essentiel qui les relient : chacun d’eux se cache des hommes, qui les poursuivent et les mangent. Et de mots en paroles, d’interrogations en longues discussions, ils deviennent amis, inévitablement. Commence alors pour ces deux compères, un grand voyage à travers le monde : ils parlent sans cesse, rien ne les sépare, rien ne les arrête…

Miraculeusement, comme par magie, c’est de cette rencontre fortuite que naît une belle et profonde amitié. Et c’est bien cela qui transporte le jeune lecteur, qui le fait réfléchir sur l’ouverture à l’autre, sur la tolérance. Spontanément, ces deux héros ouvrent leur cœur malgré l’appréhension, malgré la peur. L’amitié, bien au delà des différences… voici un beau message d’espoir que nous transmet cet album richement illustré, dont l’enfant peut aussi manipuler les rabats à loisir et ainsi réunir deux mondes : celui de l’autruche à droite, celui du canard à gauche. Enfin, et c’est peut-être le plus important, au moyen d’un humour désopilant, d’une évocation joyeuse et tendre de notre quotidien, cette petite histoire, en apparence anodine, nous arrache de larges sourires.

Cet ouvrage fait partie de notre sélection « Vive l’amitié ! »

partagez cette critique
partage par email

q u o i  l i r e ? découvrez les coups de coeur des libraires cette semaine  #97


Retour à la page d'accueil