La chouette qui avait peur du noir
Jill Tomlinson

Gallimard Jeunesse
janvier 2015
96 p.  6,40 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

Chouette, c’est la nuit !

Plop est une petite chouette effraie qui vit avec ses parents en haut d’un grand arbre. Mais chaque soir, Plop refuse catégoriquement d’accompagner son père à la chasse : elle n’aime pas la nuit, elle a peur du noir. Plutôt gênant pour une chouette… Pourtant « la nuit peut être argentée, grise, ou de toute autre couleur mais presque jamais noire », lui dit sa mère pour la rassurer. En vain. Plop n’en démord pas : sa phobie l’empêche de relativiser. Et la voilà bientôt désemparée, elle qui voudrait tant aimer la nuit comme les autres chouettes. La seule perspective de quitter le nid l’angoisse. Elle rêve secrètement d’être un oiseau de jour plutôt qu’un oiseau de nuit. Alors, chaque jour, lorsque le soleil brille et que les chouettes dorment, la petite curieuse se risque en bas de son arbre. Au contact des hommes et des autres animaux, elle va découvrir combien la nuit peut être excitante, douce, amusante, fascinante, merveilleuse, belle… et trouvera finalement son propre adjectif pour qualifier celle qui lui faisait terriblement peur.

Dans ce court récit captivant, l’auteur revisite un grand classique : la peur du noir chez les jeunes enfants. Si sa lecture permet finalement de surmonter cette universelle angoisse, elle fait découvrir au jeune lecteur un univers fascinant, le territoire des oiseaux de nuit, entre chouette hulotte et chouette effraie. Parfois déconsidérée, souvent mal connue, la chouette se transforme en petite veilleuse scintillante et rassurante.

partagez cette critique
partage par email

je joue !

jusqu'au 31 mai 2019

retour à la page d'accueil